in , ,

4 conseils pour rédiger son mémoire/TFE en moins d’un mois

@Pexels - Andirea Piacquadio

Alors alors, on commence tout de suite sur les chapeaux de roue : il faut toujours prendre de l’avance sur ce qu’on fait, au cas où. Mais si tu lis cet article, tu es probablement dans le rush pour commencer, relire et/ou finir ton mémoire/TFE dans les temps. Bon, je te donne vite ces 4 conseils pour écrire ton mémoire/TFE en moins d’un mois, comme ça, tu peux plus vite retourner à ton travail et me finir tout ça ! 

Et surtout, évite de faire ces 4 erreurs pendant ton mémoire/TFE !

1/ Un planning à toute épreuve

On n’accomplit jamais rien sans un bon planning (je sais de quoi je parle). Si tu as vraiment une motivation – ou un désespoir – à toute épreuve,  qui te pousse à t’activer pour écrire ton mémoire/TFE, tu dois établir un planning. Et t’y tenir, aussi, en passant. C’est cool d’en créer un perfecto bueno, mais il faut que tu le suives à la lettre (ou, au moins, que tu le suives le plus possible, si tu dois réellement t’en écarter quelques fois). Planifie tes heures d’écriture, de recherche de sources, etc. 

Et ce planning implique aussi de te créer un plan de rédaction ! Ne commence pas à écrire n’importe quoi : établis une table des matières (même provisoire) afin d’avoir un fil que tu suivras lorsque tu écriras le mémoire. Ainsi, tu ne te perdras pas inutilement.

2/ Une routine saine

Une fois n’est pas coutume, nous voici dans le point le plus important et le plus bateau : la routine impeccable qu’il est généralement impossible de tenir plus de deux jours. On résume : une alimentation saine et un rythme de sommeil stable. On ne passe aucun repas, on mange à notre faim, et on cuisine seulement des plats sains (pas de fast-food… C’est un conseil qui s’applique toute l’année). Pour le sommeil, je vais me répéter : dormir tôt (de préférence avant minuit), c’est un cadeau que tu fais à ton cerveau. 

Tu ne sais pas quoi cuisiner ? Voici quelques recettes pour un déjeuner équilibré ! 

On parlait également de planning, juste au-dessus. Octroie-toi au moins quelques heures, voire un jour, de repos. Je sais que c’est tentant, quand on n’a plus beaucoup de temps, de s’user jusqu’à l’épuisement total. Tant qu’on a fini, ça le vaut, n’est-ce-pas ? Eh bien, non. Crois-moi, tu peux obtenir plus de résultats en huit heures de travail bien géré par jour, qu’en travaillant quatorze heures en sacrifiant ton sommeil et des repas. Rappelle-toi que toute la fatigue que tu auras accumulée sera très difficile à rattraper. Pareil pour le stress.

3/ Une confiance absolue

Au-delà de la motivation légendaire qui te donne des ailes pour réaliser ton mémoire/TFE, il te faut quand même une confiance en toi qui va te porter dans cette folle aventure du rush de dernière minute. En effet, si tu te flagelles sans arrêt, que tu regrettes tes décisions – “j’aurais dû commencer plus tôt, j’aurais dû travailler sur ça avant”, etc. – constamment, tu n’avanceras pas. On oublie le passé (on sait qu’il va se répéter de toute manière) et on se concentre sur ce qu’il se passe en ce moment. Tu fonces, tu ne réfléchis plus et tu mets toute ton énergie dans ton mémoire/TFE.  Rappelle-toi que tu en es parfaitement capable et que beaucoup d’autres avant toi sont passés par-là et ont réussi. Rien de tel pour avancer dans la vie qu’une confiance en soi inébranlable ! 

Malgré cette mauvaise passe, être étudiant.e reste quand même un super moment dans la vie, non? 

4/ Un contact avec ton directeur/ta directrice

Petit bonus : n’hésite pas à contacter ton/ta directeur/trice de mémoire pour lui demander de l’aide ! Rappelle-toi que tu n’es pas (censé.e être) seul.e, et que tu as le droit de demander à une personne avec plus d’expérience de t’accompagner sur ton travail.

Envie d’une petite pause dans la rédaction de ton mémoire, check notre TikTok !

Écrit par Lisa B.

Qu'en as-tu pensé ?

Zes excuses om niet alle zomerfeestjes mee te pakken

Salade de tomates à l'orientale