in , ,

Erasmus+ : les mêmes chances pour tous les étudiants

@Pexels - Andrea Piacquadio

Une des principales étapes dans la vie estudiantine est le passage de la vie d’élève à celle d’étudiant. Un passage synonyme de chamboulement pour tous. Un nouveau rythme, une nouvelle organisation d’un point de vue scolaire et de nouvelles opportunités. Parmi les possibilités qu’offre l’enseignement supérieur, nous pouvons compter sur le programme Erasmus+, initiative et projet de la Commission européenne. Mais est-ce que tous les étudiants ont accès à ce programme ? Un programme qui se veut inclusif mais pour qui ? Quel est le rôle des institutions de l’enseignement supérieur dans l’avancée de l’inclusion au sein de leur établissement et dans les projets de mobilité de leurs étudiants ? Kotplanet et AEF-Europe, l’Agence francophone pour l’éducation et la formation tout au long de la vie, ont essayé de répondre à ces questions. 

Tout d’abord, l’inclusion c’est quoi ? 

L’inclusion, un concept flou pour certains, une évidence pour d’autres. Ce terme renvoie à la nécessité d’inclure toute personne dans un milieu et d’interdire la discrimination. Elle concerne divers secteurs tels que les secteurs économiques, sociaux, culturels mais aussi éducatifs. C’est sur ce dernier secteur que nous allons nous concentrer afin de comprendre comment l’inclusivité peut et doit s’appliquer dans le quotidien des étudiants d’aujourd’hui et adultes de demain

L’importance de l’inclusion dans l’enseignement supérieur 

Pour commencer, il faut savoir que l’inclusion ne concerne pas seulement les étudiants de l’enseignement supérieur. C’est également un challenge dans les autres secteurs scolaires et dans l’éducation des adultes. Dans chacun de ces domaines, il est primordial de proposer un enseignement inclusif et c’est d’ailleurs une obligation posée aux différentes institutions de l’enseignement supérieur. La mission est double : accompagner les étudiants dans leur intégration au sein de l’école mais par ailleurs de former le personnel des établissements. Chaque étudiant vit sur son campus, il se rend à la bibliothèque, à la cafétéria, à son secrétariat. Il faut donc avoir une équipe formée qui comprend et répond à ses besoins quelque soit son statut

Rentrons dans le concret : 

Lorsqu’un étudiant à besoins particuliers fait une demande d’aménagement, que ce soient pour des raisons financières ou d’aménagement spécifiques dues à une pathologie ou un handicap, l’établissement doit mettre tout en œuvre pour répondre à ses besoins. Il est possible d’adapter les durées d’évaluation, les modalités des examens, de rendre accessible un lieu à l’étage pour tous, de faire des adaptations sur les lieux de stage et de rendre accessible les projets de mobilité internationale pour tous les étudiants

Comment proposer un projet de mobilité international inclusif aux étudiants ?

Lorsqu’un étudiant bénéficie d’un programme inclusif au sein de son école, il devient plus autonome et s’intègre réellement aux différentes activités internes. Il peut être considéré comme tout autre étudiant. Mais que se passe-t-il si un étudiant désir bénéficier du programme Erasmus+ ? Pour rappel, le programme Erasmus est un programme dédié à l’éducation, à la jeunesse et aux sports ayant pour but de promouvoir la mobilité des étudiantes et les échanges entre établissements éducatifs européens. Pour mettre un cadre afin que chaque étudiant puisse y avoir accès, la Commission européenne a mis en place une stratégie d’inclusion au sein de son programme Erasmus que les institutions locales doivent suivre tout en restant libre dans la mise en place d’autres initiatives favorisant l’inclusion. Le cadre prévoit que le programme Erasmus+ soit accessible pour toutes les personnes qui pourraient rencontrer des freins pour participer aux activités du programme. C’est un cadre présenté par AEF-Europe aux différents responsables de l’inclusion dans les établissements éducatifs et qui permet à chacune des institutions de prendre en compte les besoins et demandes de chaque étudiant. Un projet mobilité international inclusif se construit au cas par cas mais une aide universelle est garantie à chaque étudiant grâce au programme Erasmus+ et à AEF-Europe.

Concrètement, à quoi a droit un étudiant Erasmus ?

Tous les étudiants boursiers, à condition modeste (ceux qui ne sont pas éligibles tout juste statut d’étudiant boursier) peuvent prétendre au statut AMO  (à moindres opportunités). Cela donne droit à quoi ? Chaque étudiant ayant un statut AMO peut bénéficier automatiquement d’une aide financière nommée Top-up Inclusion de 250€/mois quelque soit les raisons de son statut. Il est également possible d’adapter la durée de la mobilité afin que l’étudiant ait un programme plus flexible. Et pour finir, l’étudiant à la possibilité de demander un soutien inclusion complémentaire pour des frais qui ne pourraient pas être couverts par le Top-Up tels que le besoin d’un accompagnateur à temps plein.

Lors d’un Erasmus, le choix de l’établissement est primordial mais il faut aussi prendre en compte la vie estudiantine à l’étranger. Cette aide s’inscrit dans un processus qui ne pourra être améliorée que si les institutions de l’enseignement supérieur deviennent suffisamment informées. Il faut donc mettre l’étudiant au centre de processus et multiplier les échanges avec les étudiants concernés afin de développer un monde totalement inclusif au sein de l’enseignement supérieur.

Rejoins Kotplanet sur Instagram et TikTok !

Écrit par Kotplanet

Qu'en as-tu pensé ?

Zes excuses om niet alle zomerfeestjes mee te pakken

Salade de tomates à l'orientale