Les clichés sur les étudiants en COMU

Chaque étude et option a son lot de clichés et d’idées reçues. Les études en communication sont parfois souvent soumises à rudes épreuves. Tu as sûrement dû en entendre des belles que tu fasses ces études ou pas.

Cliché n°1 sur Comu : « C’est trop facile »

Commençons par un classique. Les études de communication ont la réputation d’être facile et à la portée de tous. Ce sont très souvent des clichés véhiculés par d’autres étudiants n’ayant jamais mis un pied à un cours de communication. Comme chaque étude, la communication a ses cours bateaux et ses « cours à pète ». Que ce soit à l’université ou en haute école, ces études demandent organisation et travail personnel à la maison. Tout ne se fait pas en cours. Après on se mettre d’accord que les études de comu te laissent la possibilité d’avoir une vie à côté, pas besoin de s’enfermer 5 ans en blocus. Bande de rageux.

Cliché n°2 sur Comu : « Fais gaffe, tu ne trouveras pas de boulot après »

Un des plus gros clichés réside dans cette phrase. Beaucoup de parents ont même eu cette inquiétude lors du choix des études de leurs enfants. Stop ! De nombreuses opportunités s’offrent à toi après tes études. Il est vrai qu’il faut essayer de se distinguer parce que la compétition est rude mais comme dans pleins d’autres formations. Il faut aussi se tenir au courant des nouveautés et être sans cesse en évolution mais c’est ce qui rend le travail intéressant : tu en apprends tous les jours et fini la routine !

Cliché n°3 sur Comu : « Les auditoires sont remplis de meufs »

Sur ce cliché, on peut se mettre d’accord sur le fait qu’il y a une réelle présence féminine mais les hommes sont tout de mêmes présents. Ils sont plus rares et font peut-être moins de bruit mais ils sont bien là. Ce sont peut-être même les plus malins : moins de concurrence ! Les voici tranquille. Plus sérieusement, il existe d’autres options où les femmes sont plus présentes mais il y a toujours une mixité.

Cliché n°4 sur Comu : « Tu ne savais pas quoi choisir en fait ? »

En première, ce cliché t’a cassé les oreilles, c’est sûr ! Il est vrai que le choix des études est parfois dû à une pression sociale t’obligeant à choisir des études sans savoir vers où tu te diriges. Mais c’est pour toutes les options ! D’autres étudiants sont concernés par un choix arbitraire. Tu as peut-être choisi de faire psycho parce que ton père ou ta mère a fait ces études ou choisi médecine parce que c’est stylé. Les étudiants en comu ne sont pas des exceptions. Un certain nombre d’étudiants choisissent cette option parce qu’ils ne savent pas trop mais aussi parce que la communication l’est intriguent et les animent.

Cliché n°5 sur Comu : « Pas besoin d’études pour poster sur les réseaux sociaux »

Premièrement, la communication ne se résume pas qu’aux réseaux sociaux. Et contrairement à ce que certains peuvent penser, ce n’est pas si facile que cela. Ces fameux réseaux cachent des fonctions et des possibilités invisibles pour les personnes lambdas. Il est vrai que Facebook, Instagram, Twitter et tutti quanti sont des plateformes utilisées par tous au quotidien mais il est possible d’en connaitre davantage et d’en faire de réels outils pour développer son projet.

Cliché n°6 sur Comu ? « Tu as choisi ça parce que tu veux devenir influencer sur Instagram »

On t’arrête tout de suite, toute personne arrivant en comu n’a pas comme objectif d’atteindre les 10 000 abonnés sur Instagram. La communication a de multiples facettes pouvant convenir à différents profils d’étudiants. Stop ce cliché. Chacun alimente son compte Instagram comme il en a envie sans pour autant avoir d’objectif de notoriété. Beaucoup d’étudiants en comu n’aiment pas s’afficher et préfèrent rester dans l’ombre. Il faut de tout pour faire un monde !

Étudiant en comu, tu t’es reconnu ? D’autres clichés existent pour les étudiants qui réussissent !

Vous pourriez aussi aimer