Comment un étudiant a inventé une étagère pour toilettes et monté sa propre société qui génère 2 millions de dollars de profits par an

Etudiant Millionaire ?

67

Comme beaucoup d’entre nous, Matt Williams a eu son idée de génie lors d’une nuit arrosée, autour d’un verre. Mais la grande différence, c’est que Matt Williams a été assez intelligent pour l’écrire et faire de son idée arrosée une société qui génère aujourd’hui près de 2 millions de dollars par an. C’était en 2008. Williams était encore étudiant à Villanova à l’époque. Alors qu’il était au bar, il a remarqué un problème de taille alors qu’il allait aux toilettes, son verre à la main. Où poser sa bière ?

Williams a réalisé que lorsqu’on est dans un bar surpeuplé et qu’on veut aller aux toilettes, on a pas d’autre choix que de prendre sa bière avec soi. On galère après à se soulager le verre à la main, le tout sans renverser son contenu. C’est là que William a eu l’idée d’une étagère à bière pour les toilettes des bars.

 

« J’ai posé ma bière en équilibre sur l’urinoir, comme d’habitude, et j’ai vu des gouttes d’eau du tuyau tomber dedans. » a raconté Williams à CNBC. « Ça m’a un peu dégoûté, mais j’avais quand même envie de la boire. » Beurk. Williams a remarqué un autre mec qui essayait de faire la même chose sur l’urinoir, un autre qui avait posé sa bière par terre, un autre qui avait mis son verre dans sa poche, et enfin un autre qui le tenait entre ses dents. Williams est donc retourné à sa table, et a écrit son idée de génie sur une serviette avant de rentrer chez lui. « Je me suis dit ‘tu peux pas te bourrer la gueule ce soir, il faut que tu te souviennes de cette idée.’ » L’idée de la LavCup était née.

Williams ne voulait pas seulement faire une étagère, il voulait faire une étagère à pub, qui profiterait donc au bar ou au restaurant dans lequel elle serait installée. Il lui a fallut des mois de travail pour créer une étagère solide et non-invasive sur laquelle on mettrait de la pub. Il était tellement confiant qu’il a mis toutes ses économies dans son idée, et emprunté de l’argent à deux investisseurs et à son père. Il a réunit 65,000 dollars en tout pour commencer son rêve LavCup.

La LavCup, c’est une petite étagère avec un revêtement en caoutchouc non collant. Plus important encore, elle est faite en argent anti-microbien, puisque les toilettes sont loin d’être l’endroit le plus propre au monde. Les pubs quant à elles, peuvent être insérées sur les côtés afin d’être remplacées facilement. Quant au motto de la marque ? Williams en a trouvé un plutôt amusant : « Parce-que tu ne peux pas la tenir » (« Because you can’t hold it »).

CNBC raconte la première rencontre de William avec un gros client, Peter McLoughlin, président de la NFL des Seattle Seahawks en 2013.

« Il descendait l’escalator et j’ai dit : ‘Peter ! Peter ! Il faut que je vous montre quelque chose sur mon iPad. Vous allez adorer !’ » se souvient Williams, qui a aujourd’hui 32 ans. « Je ne me rappelle pas de ce qu’il a dit exactement mais c’était genre, ‘Je suis pressé, j’ai un avion à prendre.’ » Mais Williams n’a pas abandonné. « J’ai répondu : ‘Peter, s’il vous plaît, juste 30 secondes. J’ai besoin de 30 secondes de votre temps !’ et je lui ai montré mon iPad. J’ai dit  ‘Voilà ce que j’ai inventé.’ » McLoughlin n’était alors plus du tout en colère. « Il était là genre, ‘Oh mon dieu, c’est brillant’ » Et en 10 semaines, LavCup recevait sa première grosse commande de plus de 1,200 unités pour CenturyLink Field, où les Seahawks jouent. Williams a appelé cette commande « la boule de neige du début ».

LavCup a aujourd’hui vendu plus de 21,000 unités à plus de 26 lieux différents dont le FedEx Field où les Washington Redskings jouent et a des étagères dans tous les stades de sport majeurs des États-Unis. LavCup doit encore fournir 35 lieux en étagères. Les profits de la société ont atteint 2 millions de dollars en 2017 et ont augmenté de plus de 600,000 dollars grâce à l’obtention de 10 nouveaux investisseurs. LavCup ne facture pas les étagères elles-mêmes, la société se contente de vendre les pubs affichées sur les étagères et divisent leurs revenus avec le lieu où elles sont installées. LavCup espère s’étendre aux cinémas et bateaux de croisière dans le futur. « Je me souviens que j’avais l’habitude de prendre des photos de mon compte en banque, il avait atteint 7, 21 dollars une fois. » raconte Williams, « Je n’oublierai jamais ce nombre. »

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.