in ,

J’ai discuté avec mon coloc #2 : Je n’arrive pas à me détacher de la fast fashion

« J’ai discuté avec mon coloc », c’est quoi ? C’est la rubrique dédiée aux opinions, billets d’humeur, coups de cœur et coups de gueule des étudiants. Pour chaque « J’ai discuté avec mon coloc », on aborde une thématique sous la vision d’un étudiant de Belgique francophone. Tu es étudiant·e et tu voudrais parler d’un sujet en particulier ? Contacte-nous.


Nombreux sont les magasins qui proposent une large gamme de vêtements pour des prix très raisonnables. Pourtant, l’impact environnemental de certaines entreprises ou encore les conditions parfois déplorables des travailleurs nous poussent à vouloir consommer autrement. Mais il est parfois difficile de changer ses habitudes de consommation.. Alors, pourquoi je n’arrive à me détacher de la fast fashion ?

Kotplanet t’avait déjà parlé du phénomène de la seconde main chez les étudiants

1/ L’influence de la société

Souvent influencés par le marketing, on nous a mis en tête qu’il fallait sans cesse renouveler sa garde-robe pour être à la mode. Aujourd’hui, on achète souvent en grande quantité, on met des vêtements quelques fois et, quand on ne les aime plus, on les jette parce qu’ils sont soit abîmés ou tout simplement démodés. C’est parfois difficile de sortir de ce cercle, puisqu’on se dit que, si on porte plusieurs fois les mêmes vêtements, on va paraître ringard et on aura peur de se faire juger. Mais il faut justement se sortir cette idée de la tête et souvent, avec une même pièce, on peut créer des tenues complètement différentes.

Pas encore prêt·e de passer à la slow fashion ? Regarde au moins les 10 choses à faire avant tes 25 ans

2/ Croire qu’on ne peut pas trouver de belles pièces ailleurs 

Une des raisons pour laquelle on a dû mal à abandonner la fast fashion est le fait de se dire qu’on ne trouvera pas de belles pièces ailleurs. Encore une fois, c’est totalement faux ! Entre les sites et les nombreuses boutiques de deuxième main, on peut parfois trouver des petites pépites qui justement te fera sortir du lot. De plus, en tant qu’étudiant, le prix est souvent beaucoup plus abordable qu’en magasin, et tu peux parfois trouver des pièces complètement neuves à moitié prix ! Alors, en plus d’être bon pour ton portefeuille, c’est également meilleur pour la planète.

3/ Acheter pour se sentir mieux 

Chez certains, consommer ou faire du shopping est un véritable moyen de se vider la tête et de s’éloigner des petits tracas du quotidien. Quoi de mieux qu’une séance de shopping entre filles après une rupture ? Acheter nous procure un sentiment d’euphorie, on est heureux d’avoir dénicher telle ou telle pièce pour ajouter à notre garde-robe. Et pourtant, ces achats compulsifs, on finit souvent par les regretter après ! Alors, pour te changer les idées, privilégie peut-être une autre activité, ou contente-toi de faire du lèche-vitrine et d’acheter ce dont tu as essentiellement besoin.

Des solutions existent pour, petit à petit,  pouvoir changer ses habitudes et consommer moins de fast fashion :

  • Acheter en deuxième main : Des sites comme Vinted ou Ebay ou même dans des boutiques de seconde main, qui sont de plus en plus nombreuses. 
  • Limiter la quantité de vêtements que tu as afin de mettre chaque vêtement plusieurs fois et non une (voire zéro) fois.
  • Se poser les bonnes questions avant d’acheter un vêtement. 
  • Veiller à la qualité du vêtement

Évidemment, ce n’est que mon avis personnel, tout le monde est libre de faire ce qu’il veut 😉 Mais garde toujours à l’esprit que chaque petit geste compte et que le principal est de faire de son mieux ! Et si toi aussi, tu as des astuces, n’hésite pas à nous les partager ! 

N’oublie pas de checker notre TikTok pour découvrir nos memes sur la coloc !

Qu'en as-tu pensé ?

0 Points
Like Dislike

Écrit par Estelle Flament

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0
William-Fortunato-phrases a dire à un etudiant de premiere année

Top 10 des phrases que tu voudrais dire à un étudiant de première année

pexels-anna-shvets-cup et tampons - la précarité menstruelle n'est pas un mythe

La précarité menstruelle n’est pas un mythe