in , ,

4 choses à savoir pour oser dire non

@Pexels - Anastasia Shuraeva

Je pense que le titre est assez équivoque : ici, on va t’apprendre à dire non (ça va seulement être la théorie par contre, pour la pratique tu devras te débrouiller). Comment se rendre compte que l’on dit oui un peu trop souvent, et, surtout, comment arrêter ?

Petit conseil pour bien démarrer : ne dis JAMAIS oui à une relation sexuelle juste parce que tu es complexé.e, tu le regretteras ! 

1/ Dire oui, un peu, beaucoup, à la folie

Dans la vie, on aime bien rendre service ou se sentir utile. C’est en effet toujours grisant de savoir qu’on a donné un peu de son temps à une personne qui en avait besoin et qui nous l’a demandé. Pourquoi refuser alors qu’il est si simple d’offrir un peu d’aide ? Alors on dit oui une fois, puis deux fois… Et on se retrouve très vite à dire oui à absolument tout, même quand on n’a ni l’envie, ni le temps, ni l’énergie pour se consacrer à une ou plusieurs autre(s) personne(s). Tu te reconnais dans cette situation ? Et bien moi aussi, donc en te donnant des conseils, je vais également me permettre d’adresser cet article à la future moi pour qu’elle fasse des efforts.

Commençons par le commencement. À quel moment on peut se rendre compte que dire non… C’est peut-être pas une mauvaise idée ?

2/ Le point de rupture

Généralement, quand on accepte toutes les requêtes qu’on nous donne (« Tu veux bien m’aider avec ça ? », « Viens avec moi là je veux pas y aller seul.e ! », « Dis t’as pensé à faire ceci ? »), on commence tout doucement, sur le long terme, à se sentir mentalement et physiquement éreinté.e. Il se peut même que cette fatigue te mène à un burn-out. Et pour cause : tu n’as plus de temps pour toi-même, que ce soit pour ton travail/tes études, tes hobbies ou même ton sommeil. Tu te consacres strictement à ce que les autres te demandent de faire. Et on se dit toujours « Allez, la personne a vraiment besoin de moi cette fois-ci, mais la prochaine fois je dis non ! ». Quelle erreur de débutant (je m’adresse ici spécifiquement aux autres membres du clan des victimus maximus). Mais, à un beau moment, on craque, car on est humain. On répond alors avec notre premier et victorieux « non ».

3/ Savoir se préserver vs faire preuve d’agressivité

Et oui, parce que, quand on vous voit toujours comme la personne qui ne refuse jamais rien, un simple “non” paraîtra tellement inhabituel que ça semblera agressif. Alors que ce n’est pas du tout le cas ! Dire non est tout à fait normal – j’insiste réellement sur ce mot. Il n’est pas rare que, dans certaines relations toxiques, on te refuse (subtilement) le droit de dire non, avec des phrases du type : « Mais comment je vais faire moi, alors ? », « Je vais totalement rater et ce sera ta faute ! » ou encore el famoso « personne ne m’aide jamais » (en faisant totalement l’impasse sur le fait que tu les as déjà aidés par le passé). Première étape pour apprendre à dire non : reste toujours sûr.e de toi et n’oublie pas que ton bien-être vaut plus que leur opinion. Non, tu n’es pas agressif.ve, tu te préserves simplement. Il s’agit là de la première étape, car il y en a d’autres !

4/ Un savoir ancestral à savoir maîtriser

Bon d’accord ce n’est pas si ancestral que ça, mais si pas mal de gens arrivent à dire non, il n’y a pas de raisons que tu n’y arrives pas aussi ! Ça va te sembler difficile au début, de dire non à des gens à qui, auparavant, tu disais oui constamment. Mais, à un moment, tu vas très vite être à l’aise avec ce petit mot qui sauve pas mal au quotidien.

a) Comprendre d’où ça vient

En général, quand on a peur de dire non, c’est pour éviter une situation qui nous rendrait mal à l’aise : on a peur de déplaire, de provoquer un conflit, de paraître égoïste, de décevoir, d’avoir une mauvaise réputation, de se sentir coupable, et j’en passe. Or, si tu penses comme ça, tu prends la situation complètement à l’envers. C’est justement parce que tu acceptes tout h24 qu’un jour, tu vas passer pour un monstre en disant non. Tu dois donc d’abord comprendre d’où te vient cette angoisse pour enfin pouvoir la régler.

Si tu n’oses pas dire non, c’est peut-être parce que tu as peur d’être abandonné.e?

b) La technique de la répétition

Comme pour presque tout dans la vie (bien malheureusement), la meilleure manière d’apprendre, c’est la pratique ! Dès que l’occasion se présente et que tu dois dire non, n’hésite pas et fonce. Tu vas hésiter, tu vas douter, tu vas regretter, mais, au final, tu seras ultra content.e de tes efforts et cela te servira plus de fois que tu ne l’imagines ! Et, comme mentionné juste au-dessus, répète-toi que ton bonheur est plus important que le jugement des autres. Tu passes pour un égoïste ? Grand bien te fasse, pour l’amour de Dieu et des Pringles Paprika (ceci n’est pas un placement de produit). Tant que tu refuses afin de te préserver, alors il n’y a aucun problème. Pour reprendre la métaphore de l’animatrice « Jaiden Animations » sur Youtube, nous avons tous un petit jardin intérieur. Et, si tu passes trop de temps à prendre soin de celui des autres, le tien sera délaissé.

Bien sûr, comme tout dans la vie, dire non, c’est comme dire oui : il faut le dire au bon moment pour les bonnes raisons. Il ne faut pas tout accepter au point de se perdre, mais il ne faut pas tout refuser au point d’en devenir méchant/froid. Dans tous les cas, dire non, comme tu as pu le constater, ce n’est pas inaccessible. Prends soin de toi et n’oublie pas : non, c’est non !

Par contre, je ne dis pas non à ce que tu ailles checker nos autres contenus sur Instagram et TikTok !

Écrit par Lisa B.

Qu'en as-tu pensé ?

Hoe vind je een vakantiejob ?

Salade de tomates à l'orientale