Nous avons tous certaines peurs secrètes, des peurs inavouables, bien que loin d’être honteuses, évidemment. Des peurs qui nous prennent aux tripes et nous suivent, parfois longtemps si on n’y fait pas attention. Mon coloc m’a avoué en avoir une : la peur de l’abandon. J’ai voulu en apprendre plus là-dessus, afin de l’aider au mieux à se construire et avancer. 

Dans certains cas, comment savoir quand redonner sa confiance ? 

Qu’est-ce que c’est, en gros ? 

La peur de l’abandon se définit comme une angoisse de se retrouver seul.e, d’être soudainement abandonné.e et laissé.e par ses proches, sans réelle raison apparente. Cela peut se traduire par une forte anxiété, voire des crises de panique lorsqu’on a la sensation qu’une personne va nous abandonner, même si cela n’est absolument pas le cas. On ressent une peur vis-à-vis d’un problème qui n’a même pas eu lieu et que l’on invente souvent : cela se traduit par une projection de notre  peur (on imagine tous les scénarios, que l’on a déjà vécus ou non, et on les transpose à nos relations actuelles). La peur de l’abandon a très souvent une racine, généralement apparue dans l’enfance, même si elle peut quand même se matérialiser, dans certains cas, à l’âge adulte. 

Si tu as peur de l’abandon, ne te remets surtout pas en couple pour les mauvaises raisons ! 

Quelles sont les causes ?

La peur de l’abandon peut avoir de nombreuses causes. Une personne qui en souffre peut avoir vécu des négligences, un abandon (de la part d’un parent ou d’un.e ami.e), une relation amoureuse/familiale/amicale toxique et/ou douloureuse, le divorce de parents ou la mort d’un proche. Il y a autant de raisons qu’il y a de parcours de vie différents. Mon coloc, par exemple, a eu des amis, disons, non-recommandables. Cette expérience l’a beaucoup marqué et lui a laissé penser que ses futures relations se solderaient de la même manière : catastrophiquement. 

En effet, on peut globalement résumer les pauses de la peur de l’abandon en quelques points : une instabilité émotionnelle – pendant l’enfance ou dans une ou plusieurs relation(s) spécifique(s) -, un manque de confiance en soi déjà présent chez la personne – qui renforce l’impression d’abandon -, et/ou un événement marquant survenu dans le passé, et qui a brisé la confiance de la personne souffrant de cette peur : harcèlement scolaire, solitude profonde, dépression, décès, dépendance affective, etc.). 

Il est également important de souligner que cette peur, comme beaucoup d’autres peurs, est d’autant plus aggravée qu’elle n’est pas prise au sérieux assez tôt. La société dans laquelle nous vivons ne prend pas réellement en compte les maladies mentales, que nous sommes censés mettre de côté en faisant semblant d’aller bien. Or, pour que cette peur puisse se calmer, à défaut de disparaître complètement, il faut accepter ses sentiments et leur faire face.

Le manque de confiance en soi est un fardeau au quotidien. Mais comment l’améliorer ? 

Et les conséquences ?

Bien évidemment, la peur de l’abandon provoque de nombreuses conséquences (sinon ce ne serait pas drôle, hein ?). Parmi celles-ci, on peut compter : peu ou pas de confiance envers les autres, une perte de l’estime de soi – on se convainc à tout prix qu’on va être abandonné, et qu’on le mérite, parce qu’on ne vaut pas d’être aimé.e, etc. -, un manque d’implication dans une relation parce qu’on est persuadé.e que cette dernière est vaine/vouée à l’échec, un manque de tranquillité émotionnelle – parce qu’on s’attend à tout moment à être abandonné, le cerveau ne se repose jamais -, un besoin de contrôle plus important – parce que les imprévus, dans ces cas-là, font peur -, etc.  

Pour la personne souffrant de peur de l’abandon, vivre une relation devient un défi, alors que c’est censé être l’inverse : comment se reposer et compter sur l’autre alors que tout nous indique – sans preuve – que ce dernier/cette dernière va nous abandonner ? Ce scénario devient tellement évident et plausible qu’on commence même à le prévoir et à le préparer, ce qui en devient toxique pour nous, mais aussi pour la personne aimée. La peur de l’abandon est une forme d’anxiété qui ronge la personne qui en est victime et peut, dans certains cas, la transformer en « bourreau », qui fera tout pour ruiner la relation et prouver que sa peur était justifiée. 

Le mot de la fin un peu cucul mais nécessaire

C’est un  must chez moi : je dois dire des vérités absolues que tout le monde sait déjà (et encore, si tu me connaissais dans la vraie vie !) mais on en a tous besoin, de temps à autre, comme baume au cœur. Est-ce utile de te rappeler que non, les gens autour de toi ne vont pas t’abandonner et que oui, tu as une valeur inestimable ? Parce que c’est le cas. Alors, oui, il y aura quelques exceptions. Certains personnes que tu vas croiser et en qui tu auras confiance vont potentiellement te faire du mal et/ou te décevoir, mais est-ce une raison pour généraliser immédiatement ? Tu rencontreras, au long de ta vie, pleins de gens super sympas avec qui tu partageras pleins de bons moments. Et souviens-toi : en pensant que les autres vont t’abandonner, tu en oublies que la personne qui t’abandonne le plus, c’est toi-même (je vais me reconvertir en philosophe je crois). Aie confiance en qui tu es et aime-toi, parce qu’après tout c’est ça la clé du bonheur. L’amour et la confiance sont  les meilleurs remèdes contre la peur (et une séance chez un psy, selon les cas, donc n’hésite pas à prendre rendez-vous si tu penses en avoir besoin : ce n’est pas du tout une honte !). 

Cet article t’a plu ? On en a d’autres pour toi, alors suis-nous sur Instagram et TikTok ! 

Écrit par Lisa B.

Qu'en as-tu pensé ?

Hoe vind je een vakantiejob ?

Salade de tomates à l'orientale