Les 5 choses que tu découvres quand tu ne vis plus chez tes parents

Quand on quitte le nid, on est généralement tout excité. Que ce soit pour vivre seul dans un studio, dans un deux pièces en colloc’ ou dans une résidence universitaire, le tarif est le même. Tu ne peux plus compter sur tes parents pour faire ta lessive, te préparer à manger et t’emmener partout. Et ça, tu n’y penses pas du tout au début ! Dans cet article, on fait le point sur les choses qui changent lorsqu’on devient indépendant.

Tu deviens un adulte

Ça, c’est probablement le point le plus universel. Quitter le domicile familial revient à devoir se débrouiller tout seul au quotidien. Bon, au début, il est fort probable que tu appelles Papa en catastrophe si ta machine à laver fait un drôle de bruit ou s’il y a une fuite au plafond, et Maman si tu n’arrives pas à détacher ton chemisier préféré. MAIS, si une grosse araignée fait irruption dans ton salon, tu vas devoir t’en débarrasser tout(e) seul(e), comme un adulte. Côté budget, tu apprends la valeur de l’argent et regarde même le prix au kilo au supermarché. Et si c’était ça, devenir un véritable adulte ?

Avoir un chez soi est COOL

Pas de panique, on est pas là pour te faire peur. Devenir indépendant, c’est aussi se rendre compte qu’avoir un chez soi est vraiment, vraiment COOL. Tu peux faire ta déco’, laisser la vaisselle traîner pendant 4 jours, oublier d’étendre ton linge, te faire livrer à manger trois fois par semaine… Et te rendre compte que finalement, t’étais pas si mal chez toi. Avoir son propre appartement, c’est un peu comme obtenir son permis de conduire. Tu es bien plus libre, mais tu as davantage de responsabilités !

Les pâtes sont ton meilleur allié

Ah ça… Tu l’as certainement entendu des centaines de fois. A moins que tu sois un véritable cordon bleu, tu n’y couperas pas. Devenir indépendant signifie avoir plus de libertés, mais aussi plus de frais. Le loyer, l’eau, le gaz, l’électricité, l’assurance habitation… Il y a de fortes chances pour que, si tu es étudiant, tu n’aies plus beaucoup d’argent à la fin du mois. Exit les bons petits plats de Maman et la gamelle prête pour le midi ! Tu vas devoir apprendre à cuisiner un minimum, si tu ne veux pas manger des pâtes au beurre à chaque repas.

Tu es ravi de rendre visite à tes parents

Quand on est chez ses parents, il n’est pas rare de subir de nombreuses disputes, que ce soit au sujet du lave-vaisselle que tu as oublié de vider, du linge sale qui traîne sous ton lit ou de ton comportement en cours. Pourtant, quand tu deviens indépendant, tu te rends compte que finalement, tu étais tout de même plutôt bien lôti ! Ainsi, tu es ravi de faire un petit coucou dominical à tes parents et de te faire inviter à manger deux soirs par semaine. Puisque vous ne vivez plus ensemble, vos rapports sont bien plus détendus et vous profitez à fond de ces petits moments en famille. (En plus, il y a de fortes chances pour que ta mère te prépare de bons repas à emporter et te fasse quelques courses !).

Tes amis deviennent ta deuxième famille

Aussi véridique que le point numéro un ! Lorsque tu as ton premier kot, tu es tout excité à l’idée d’être libre de tes mouvements sans avoir tes parents sur le dos. Puis, tu te rends compte que c’était quand même cool de ne pas avoir d’autre préoccupation que de réviser ton blocus. Toutefois, tu peux compter sur tes amis qui débarquent à l’improviste avec une pizza à la main, ou qui viennent squatter ton canapé en semaine pour être plus proche de l’unif. A défaut d’avoir la compagnie de tes parents, tu auras la compagnie perpétuelle de tes amis, toujours prêts à envahir ton canap’ pour regarder une série ou pour ne rien faire.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.