Top 10 des excuses pour ne pas aller en cours

Tous les étudiants se sont, au moins une fois, levés un matin en ayant envie de tout sauf d’aller en cours. Néanmoins, il n’est pas toujours facile de justifier cette absence, vis-à-vis de soi-même ou lorsque l’on sait que l’administration, nos profs, voire nos parents, vont nous tomber dessus. Heureusement, il existe quelques excuses presque imparables qui vous permettront de rester au lit.

1/ Mon réveil n’a pas sonné

Même si cette excuse est considérée comme un « grand classique », elle n’en reste pas moins efficace, à condition qu’elle soit utilisée à titre occasionnel. Si vous vous pointez tous les jours en cours avec ce prétexte, il est fort probable que l’on finisse par se poser de questions. À noter que cette excuse ne pourra fonctionner que si vous ne séchez qu’une partie de la journée. En effet, personne ne vous croira quand vous leur direz qu’à cause d’une panne de réveil, vous vous êtes réveillé par vous-même à 18h.

2/ Ma voiture est en panne

Lorsque notre école ne se trouve pas en plein centre-ville, ou que l’on habite vraiment loin, l’excuse de la voiture peut être à envisager. Par contre, si vous habitez à 5 minutes à pied de l’université, mieux vaut opter pour un autre prétexte. Certains tenteront de dire que leur voiture a été volée, mais gardez en tête que cela impliquera que, pendant une durée raisonnable, vous allez devoir prendre le bus (personne ne retrouve sa voiture en 24 heures).

3/ Les transports en commun sont en grève

Très bonne excuse, à condition que cela soit vrai. L’idéal est donc de se renseigner à l’avance sur chaque mouvement de grève et de prévoir en conséquent ses futures grasses matinées.

4/ Un membre de ma famille est décédé

Bien souvent, c’est la grand-mère qui prend dans ces cas de figure. Malgré un aspect moral très douteux, il s’avère que cette excuse est tout simplement imparable. Vous aurez d’ailleurs le droit à une vague de soutiens de la part de toutes les personnes que vous croiserez, ce qui pourrait même devenir très gênant. Néanmoins, n’oubliez pas que cette excuse ne s’utilise que deux fois maximum avant de perdre toute crédibilité et de passer pour une personne sans cœur.

5/ Être malade

Pour que l’excuse de la maladie soit bien reçue, il faut bien souvent une petite préparation. Si vous avez prévu votre coup à l’avance, n’hésitez pas à venir en cours, la veille, emmitouflé dans une immense écharpe, les cheveux en pagaille et accompagné d’un gros paquet de mouchoirs. Cela entraînera des « en même temps, t’as vu la tête qu’il avait hier ? » et personne ne doutera de votre bonne foi. Néanmoins, il faut garder à l’esprit que les écoles les plus strictes pourront vous demander un certificat médical pour justifier votre absence et que si, par mégarde, vous tombez vraiment malade deux jours plus tard, votre journée d’absence va durer beaucoup plus longtemps que prévu.

6/ La gueule de bois

Alors oui, cette excuse peut passer, mais pas avec tout le monde. Un prof qui se la joue proche de ses étudiants pourrait y voir un beau signe de franchise, mais un autre pourrait ne pas apprécier cet affront. À noter que si vous l’utilisez trop souvent, il est probable que l’on vous envoie « voir quelqu’un » pour solutionner vos problèmes avec l’alcool.

7/ L’excuse « culture »

Certains ont tellement soif d’apprendre qu’ils seraient prêts à sécher les cours pour assister à une émission de télévision inédite ou bien pour se rendre à une expo éphémère. Cette excuse peut être valable, mais à condition que l’émission soit une longue analyse géopolitique et non la dernière rediffusion de Koh-Lanta.

8/ Les formalités administratives

Même si elle est moins utilisée que les précédentes, cette excuse peut s’avérer être très efficace. Par exemple, vous pouvez dire que vous aviez un rendez-vous primordial pour votre bourse ou que vous avez enfin réussi à obtenir un entretien pour un stage et que vous devez vous occuper de tout ce qui va avec.

9/ La dépression

L’avantage de la carte dépression est qu’elle vous permet de sécher à plusieurs reprises sans avoir vraiment à vous justifier. En plus de cela, certains professeurs pourraient se sentir coupables de votre état et donc ne plus vous mettre autant la pression qu’avant. Cependant, gardez en tête que cela n’est pas vraiment moral, en particulier si certains de vos camarades souffrent vraiment de ce trouble.

10/ « J’ai des problèmes personnels, je ne veux pas en parler »

Si vous ne voulez pas que l’on vous pose de questions et que vous ne voulez pas vendre votre âme au diable avec des excuses peu éthiques, celle-ci semble être la plus adaptée. Personne n’osera en savoir plus et vous pourrez alors prendre du temps pour vous sans vraiment avoir à vous justifier. Toutefois, il subsiste le risque que l’on vous envoie parler à la psychologue de l’université pour être sûr que vous n’êtes pas en train de sombrer au fond du gouffre.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.