in , ,

Les 3 meilleurs conseils pour survivre au premier quadri et réussir l’Unif !

Lorsqu’on débarque à l’unif, on a souvent tendance à penser liberté, fêtes, rencontres, sans forcément avoir conscience du travail qu’une année à l’université peut représenter. Et même si tu es déjà étudiant, se remettre dans le rythme après presque 3 mois de vacances peut être compliqué, et on a vite tendance à se laisser aller. Bref, tu l’auras compris, que ce soit pour les nouvelles recrues ou les vétérans, le premier quadri est un vrai champ de mines qui pourrait déterminer si tu vas réussir l’Unif ou signer l’échec de ton année complète.

Voici donc quelques conseils pour se remettre dans le bain et faire en sorte que la transition rétho/unif ou vacances/unif se fasse en douceur. En route mauvaise troupe !

On s’organise pour réussir l’Unif

Quelque soit ta filière, la charge de travail augmente d’année en année. Tu entends certainement ça depuis le collège, mais c’est d’autant plus vrai pour réussir l’Unif. Et si tu es un de ces chanceux qui n’avait jusque là pas eu besoin de réviser (grâce à ta mémoire et ton attention en cours), ça ne suffira certainement plus…

Dès la rentrée, il faut donc organiser son semestre intelligemment pour réussir l’Unif. La première étape est de toujours avoir un emploi du temps avec toi pour savoir exactement quand et où sont tes cours. Viens ensuite le planner (version remasterisée de l’agenda pour les étudiants), où tu notes tes devoirs, tes travaux de groupe, tes TP, tes dates d’examens, ainsi que ton programme de révisions, etc. L’idée, c’est que ce petit cahier te permette d’avoir une vision globale de tout ce que tu dois faire en un instant.

Le programme de révisions est particulièrement important si tu ne veux pas avoir une masse de travail abominable en mi et fin de quadri.

On devient adulte

L’unif est souvent synonyme de liberté, c’est vrai. C’est ça, être adulte. Mais ça veut aussi dire que tu vas devoir être autonome et prendre tes responsabilités. Si tu veux réussir ton année, il va donc falloir penser à aller en cours et éviter de sécher autant que possible (non seulement pour ne pas être défaillant, mais en plus pour avoir quelque chose à réviser).

Il faut aussi prendre ton travail au sérieux pour réussir l’Unif ; fais les devoirs qu’on te donne consciencieusement, ça te permet souvent de progresser et surtout d’assimiler la méthode qui sera la base de tous tes examens. En plus de ça, il faudra apprendre à travailler seul en approfondissant ce que les profs te disent en cours, et en prenant l’initiative de faire de plus amples recherches sur les sujets que tu ne comprends ou ne maîtrises pas vraiment.

Mais tout ça ne s’arrête pas aux auditoires, tu dois aussi apprendre à te contrôler en dehors. On évite donc d’aller au café tous les soirs, et surtout lorsque les examens approchent. Oui je sais, dit comme ça, ça n’a pas l’air d’être franchement fantastique, mais il faut juste trouver le bon équilibre entre jeunesse et déconnade et ta vie d’adulte et toutes les responsabilités qui vont avec.

Une fois que tu auras trouvé ton rythme, tu verras que tout ça deviendra vite très naturel !

On prend soin de soi

Être étudiant va souvent de paire avec vivre à un rythme endiablé. Entre les cours, les révisions, les devoirs, les sorties entre amis, le travail à mi-temps, on peut vite avoir l’impression d’être submergé. Essaie de décompresser de temps en temps, et surtout de garder une bonne hygiène de vie.

Même si c’est parfois difficile quand on a un petit budget, en étant malin c’est tout à fait possible. Essaie donc de manger équilibré, de faire du sport (même si tu restes chez toi et que tu ne fais que du fitness, du yoga ou du pilates, ça te permet de te vider la tête, c’est déjà ça !), et surtout de te détendre en t’autorisant à faire une pause en regardant un film ou la télé pendant quelques heures.

Enfin, n’oublie pas de prendre soin de ton petit cœur autant que de ton corps. Si tu te sens fatigué, stressé, inquiet, à plat, c’est peut-être le signe qu’il faut ralentir un peu. Essaie de prévoir une soirée rien que pour toi de temps en temps, où tu feras LE truc qui te remonte le moral à chaque fois.

Si ta détresse mentale devient insupportable, n’hésite pas à en parler à quelqu’un de confiance. On a parfois besoin de vider son sac. Quoi qu’il en soit, garde confiance en toi, même en cas d’échec à un examen par exemple, dis-toi bien que tu as le droit d’avoir des faiblesses et qu’elles ne te définissent pas, en plus de ne pas être définitives. Alors on relativise, et on déstresse !

Kotplanet t’accompagne tout au long de tes études avec des conseils par les étudiants, pour les étudiants !

Si tu veux une dose d’humour quotidienne, check notre Insta et notre Facebook !

Écrit par Kotplanet

Qu'en as-tu pensé ?

-1 Points
Upvote Downvote

Zes excuses om niet alle zomerfeestjes mee te pakken

Salade de tomates à l'orientale