in , ,

Étudiants le jour, humoristes la nuit

@Unsplash - Louis Smit

Article rédigé par : GWENDOLINE CUVELIER pour STUDEO

Nous avons retrouvé Sacha Ferra et Nikos Ghiouleas, alias Nikoz, devant le Kings of Comedy Club, leur fief. Tous deux sont en 3e année de bac en communication appliquée à l’IHECS, mais vous avez plus de chance de les croiser sur scène que dans un auditoire. Du haut de leurs 21 et 23 ans, ces humoristes de talent incarnent les étoiles montantes du stand-up belge. Entre un cours et un spectacle, ils nous ont raconté leur drôle de double vie.

Bien qu’ils soient complètement différents, Sacha et Nikoz partagent un parcours un peu similaire. Tous les deux tombés dans l’humour quand ils étaient petits, ils ont grandi en regardant Gad Elmaleh, Kev Adams ou encore Jamel Debbouzze à la télé. « Ma mère m’emmenait voir des one-man show. Quand je voyais tout le monde rire dans la salle, je me disais ‘Le mec il est payé pour faire marrer des gens, c’est trop stylé. Moi aussi je veux faire ça’ » se souvient Nikoz.

Après leur rhéto, l’idée de se lancer dans le stand-up se précise pour ceux qui étaient déjà considérés à l’époque comme les petits rigolos de la classe. Sacha suit un atelier d’écriture de blagues et s’inscrit à son premier concours d’humour, Nikoz commence le théâtre et déménage à Bruxelles, « là où tout se passe ». Et très vite, ils font leur première scène devant un public, à seulement 18 et 19 ans. Une date qu’ils n’oublieront jamais. « Quand j’ai entendu le premier rire dans la salle, je me suis dit, ‘c’est ça que je veux faire de ma vie’ », raconte Sacha.

Etudes complémentaires

Conscients que devenir humoriste ne se fait pas en un jour (et aussi pour rassurer leurs parents), les jeunes garçons s’inscrivent tous les deux en communication à l’IHECS. « Je pense que ce sont les études les plus complémentaires qu’on puisse trouver dans ce métier. Ce n’est pas pour rien qu’il y a beaucoup de gens dans le domaine artistique qui sont passés par l’IHECS, comme Pablo Andrès et Fanny Ruwet par exemple » constate Nikoz.

Depuis 3 ans, Nikoz et Sacha mènent de front leurs études et leurs carrières d’humoristes. Ils se sont petit à petit fait connaître dans le milieu du stand-up belge, notamment grâce à des chroniques radio, le collectif « What The Fun » ou encore des premières parties d’artistes. Guillermo Guiz, leur idole, est devenu leur pote. « Je me souviens, la première fois que je l’ai contacté, c’était pour prendre des photos de lui dans le cadre d’un travail à l’IHECS, et maintenant on se croise sur scène et on parle régulièrement ensemble sur WhatsApp ! » se réjouit Nikoz. Au moins une fois par mois, les deux jeunes Bruxellois foulent les planches du Kings Of Comedy Club à Ixelles pour raconter des blagues. Sur scène, les humoristes relatent principalement des anecdotes de leur vie de millenials mais leurs spectacles sont loin d’attirer uniquement les étudiants. Au contraire, ils ont davantage l’habitude de jouer devant un public âgé entre 30 et 50 ans. « Moi j’ai toujours peur quand je joue devant des jeunes » confie Sacha. « C’est comme si j’avais plus de choses à prouver. Les personnes plus âgées se montrent en général plus bienveillantes. »

Blocus on stage

Les blocus de Sacha et Nikoz ne ressemblent pas tout à fait à ceux des autres étudiants. « Il m’arrive souvent de bosser toute la journée pour préparer mes examens et faire du stand-up le soir. Dans ce cas, je n’invente pas un nouveau sketch, je reste dans ma zone de confort et joue un texte que je maîtrise sur scène » explique Sacha. « Ces périodes représentent les plus grosses remises en question de toute ma vie ! » s’exclame Nikoz. « Pendant trois semaines, je passe mon temps à me répéter ‘ce n’est pas ça que je veux faire, moi je veux faire de l’humour. Pourquoi j’étudie des cours qui ne m’intéressent pas ?’ »

Après sa troisième bachelier, Sacha compte suivre un master en relations publiques à l’IHECS. « Personnellement, mes études me servent aussi pour trouver du contenu à raconter sur scène. Par exemple, en ce moment, j’essaie d’écrire sur l’évolution de l’homme, je suis à fond dedans, et c’est grâce au cours d’anthropologie si je m’intéresse à ce sujet » raconte l’humoriste. Nikoz, lui, a décidé de se consacrer à 100% à sa carrière dans le stand-up quand il aura son diplôme de bachelier en poche. « Sacha, il aime bien le fait d’avoir un plan B. Moi, je préfère me mettre à fond sur un plan A et me dire qu’il n’y a pas le choix que ça marche ou pas » explique-t-il.

Les deux jeunes sont bien conscients que leur âge est leur plus grand atout. Ils ont encore la vie devant eux et sont bien déterminés à réaliser leur rêve de vivre de leur passion. « Le stand-up, ce n’est pas un sprint, c’est une course de fond sur du long terme » déclare Nikoz. « Même si je mets 25 ans à percer, ce n’est pas grave, j’aurai l’âge que certaines personnes avaient quand elles ont commencé » se rassure Sacha. En attendant, les humoristes sont déjà ravis d’avoir trouvé « un job étudiant qu’ils aiment vraiment beaucoup exécuter ! »

Chez Kotplanet, on est aussi un peu humoriste…. Sur TikTok surtout !

Écrit par Kotplanet

Qu'en as-tu pensé ?

Hoe vind je een vakantiejob ?

Salade de tomates à l'orientale