in ,

Début de carrière en pandémie

@Pexels - Cottonbro

Article rédigé par : GWENDOLINE CUVELIER pour STUDEO

Comment les jeunes embauchés pendant la pandémie vivent-ils leur début de carrière ? Le Coronavirus leur a-t-il fait perdre le goût de leur premier emploi ? Quels effets secondaires les mesures sanitaires ont-elles provoqués chez eux ? Et quels remèdes leur proposer ? Diagnostic.

Loïc garde un souvenir amer de la fin de ses études à la Louvain School of Management. En 2020, son Erasmus au Québec a été annulé à cause du Covid et remplacé par un échange universitaire à la KUL… pendant lequel il n’a pas quitté sa chambre. « Je n’ai pas pu mettre un pied dans un auditoire de Leuven et tous mes examens ont eu lieu en visio » raconte-t-il. Julie, fraîchement diplômée, avait prévu de voyager pendant 6 mois en Amérique latine avec une copine pour fêter la fin de ses études. « En avril 2020, en plein confinement, on a tout annulé », regrette-t-elle.

Bienvenue à bord

Julie a été engagée dans une agence de marketing digitale en septembre 2020. La rentrée suivante, Loïc faisait ses premiers pas dans le secteur de la consultance. Leur entrée dans le monde professionnel a été marquée par un contexte pandémique très particulier. « Nous sommes 42 dans l’entreprise. La priorité pour venir au bureau était donnée aux nouveaux employés et aux formateurs donc au début je voyais toujours les 10 mêmes personnes. Je n’ai rencontré certains collègues qu’après plusieurs mois ! » déplore Julie.

Au sein de l’entreprise de conseils Accenture, l’onboarding (l’intégration des nouvelles recrues) a été adapté au télétravail obligatoire. « Nous avons notamment commandé 60.000 casques de réalité virtuelle pour que les visites de l’entreprise ou encore la présentation du CEO se fasse de la manière la plus interactive possible. Cette stratégie vise à reproduire l’intimité qui nous manque cruellement aujourd’hui » explique Brahim Boujida, directeur des ressources humaines.

Entre pairs

Fini les pauses à la machine à café ou les rencontres informelles dans l’ascenseur. Depuis mars 2020, les communications entre collègues se font principalement à travers un écran d’ordinateur. « Le travail à distance fait voir aux nouveaux employés la société à travers un spectre extrêmement réduit. La culture d’une entreprise dépasse la micro-culture d’une équipe » constate Hélène Feuillat, coach en entreprise. « Pour les jeunes, croiser d’autres starters de leur âge, dans les couloirs ou à la cantine, permet également de créer des relations d’appartenance » ajoute-t-elle.

Loïc confirme avoir noué des liens très forts grâce aux premières semaines de formations en présentiel. « Un groupe WhatsApp rassemble tous ceux qui ont été engagés en même temps. On organise régulièrement des soirées pour passer du temps ensemble en dehors du boulot » précise-t-il.

Isolation et santé mentale

« Le plus gros challenge pour les jeunes embauchés pendant la crise sanitaire : découvrir le monde professionnel à distance, sans structure et routine bien établies » constate Hélène Feuillat. « Le télétravail peut mener à une isolation et même à une dépression » avertit la coach. Loïc s’estime chanceux : « J’habite en colocation avec mes 4 meilleurs amis. On se met dans une ambiance de boulot la journée, on mange ensemble à midi et on fait parfois du sport pendant nos pauses. »

Julie habite seule depuis peu. « Après avoir passé toute la journée chez moi, je ressens le besoin de bouger et de voir des gens le soir, contrairement aux jours où je me rends au bureau » remarque-t-elle. Chez Accenture, depuis l’arrivée du Covid, une équipe de bénévoles s’est formée pour prendre soin de la santé mentale des employés. « Ce comité propose des cours de yoga, des promenades, des séances de méditations, des workshops… » détaille Brahim Boujida.

Work hard,play hard

Les sociétés redoublent d’imagination pour entretenir les liens entre les employés et leur attachement à l’entreprise, tout en respectant les mesures liées à la propagation du coronavirus. Certaines organisent des jeux ou événements en ligne, d’autres des activités en extérieur. « Le département Ressources Humaines doit faire preuve de créativité pour fidéliser les nouvelles recrues. Avant, on visait des objectifs à long terme, aujourd’hui, nous n’avons plus le temps, alors nous expérimentons des tas d’idées » explique Brahim Boujida. Malheureusement, les efforts pour recréer l’ambiance pré-Covid ne suffisent pas toujours. « J’ai postulé dans l’agence de marketing qui m’a embauchée parce que c’est une entreprise jeune et dynamique. Mais avec le télétravail, le fun a disparu… et le boulot ne me satisfait pas assez. J’ai donc décidé de démissionner » conclut Julie.

Retrouve tous nos conseils pour commencer ta vie active ! Sinon rejoins Kotplanet sur TikTok !

Écrit par Kotplanet

Qu'en as-tu pensé ?

-1 Points
Upvote Downvote

Zes excuses om niet alle zomerfeestjes mee te pakken

Salade de tomates à l'orientale