in ,

Pourquoi travailler au Club Med ?

@Unsplash - Luke Bender

Rédigé par Philippe Berkenbaum pour Studéo

Avec ses 70 villages aux quatre coins du monde, ses 25.000 « gentils organisateurs » et « gentils employés », le pionnier des vacances tout compris recrute à tour de bras. Avantages aux jeunes sociables et motivés, pour une expérience de vie de quelques mois ou une carrière internationale et multiculturelle, formations à l’appui. Et toujours dans une ambiance de feu.

G.O. au Club Med, voilà bien un job qui a fait et fait toujours rêver des générations d’ados en mal d’avenir professionnel. Comme chacun sait, G et O – prononcez géo – sont les initiales de « gentil organisateur », le terme générique qui désigne le moniteur chargé d’encadrer les GM ou « gentils membres », ces vacanciers qui viennent dans les villages du Club pour qu’on s’occupe d’eux matin, midi et soir – et même jusque tard dans la nuit, entre la scène et le dance floor. Le succès des « Bronzés » n’est pas pour rien dans l’engouement populaire suscité chez nous par cette institution jadis très franchouillarde, devenue aujourd’hui un géant mondial du tourisme de masse bien plus haut de gamme et international qu’à l’origine.

Géant ? Avec 70 resorts aux quatre coins du monde (et 17 nouveaux villages annoncés d’ici 2024), le pionnier du concept de vacances all-in – inventé par le Belge Gérard Blitz en 1950 et développé par son associé Gilbert Trigano – emploie aujourd’hui 25.000 personnes dans une trentaine de pays. Et, surtout, il en recrute 3.500 chaque année en Europe, dont environ 175 Belges, pour répondre à ses besoins dans plus de 100 métiers. C’est dire s’il y a de la place pour de nouveaux G.O. et G.E. – les « gentils employés » sont souvent des collaborateurs locaux et sédentaires, alors que les G.O. viennent des quatre coins du monde et changent généralement de village d’une saison à l’autre.

« Nous engageons tout au long de l’année mais il est clair que nous avons besoin de plus de collaborateurs durant les périodes de vacances, en été et en hiver, confirme Éric Georges, CEO du Club Med Benelux. Certains nous rejoindront pour une ou deux saisons, d’autres pour toute l’année. Si tu t’occupes de la petite enfance, ton job sera concentré sur juillet-août ou Noël-Nouvel An. Mais si tu es dans les métiers de l’hôtellerie, de l’hébergement ou du sport, il peut être permanent. »

Il s’agit donc pour l’essentiel d’emplois temporaires qui s’adressent à un profil jeune et dynamique et portent sur des contrats saisonniers. Selon des chiffres communiqués par l’entreprise il y a quelques années mais qui restent peu ou prou d’actualité, six nouvelles recrues sur dix ont entre 18 et 24 ans et 90 % moins de 30 ans. La grande majorité signe pour un CDD de 3 à 8 mois qui peut être prolongé si tout se passe bien. En moyenne, 40 % des jeunes y passent 2 ou 3 saisons, 30 % 4 à 6 saisons et 30 % plus de 7. La plupart sont ravis de cette expérience, dont ils tirent ensuite parti pour décrocher un emploi plus durable (lire par ailleurs) s’ils ne poursuivent pas leur carrière au Club Med.

Moitié hôtellerie, moitié encadrement

Quels sont les profils les plus recherchés ? En gros, la moitié des fonctions à pourvoir concerne le pôle hôtelier et le recrutement vise en majorité les métiers de la restauration, du bar à la cuisine, en passant par le service au restaurant. Les autres fonctions hôtelières incluent les métiers de la réception, de l’hébergement et des supports, mais aussi des assistants-managers. L’autre moitié des postes touche au pôle loisirs, avec des métiers liés aux sports, à la petite enfance, à l’événementiel, à la forme, à la santé, aux boutiques… Les compétences privilégiées ? Nettement plus exigeant que par le passé, le Club Med cherche aujourd’hui à recruter des professionnels diplômés et/ou ayant de l’expérience dans leurs métiers. 

Le G.O., dit le Club, « se doit d’être un expert dans sa profession, de disposer d’un véritable savoir-faire et d’avoir la capacité de gérer une relation client en univers haut de gamme. » De plus, vu l’internationalisation croissante du champion des vacances tout inclus, les dimensions linguistique et multiculturelle revêtent une importance croissante. Une attention particulière est accordée à la maîtrise de l’anglais, une bonne connaissance d’autres langues (italien, espagnol, allemand, néerlandais, russe…) étant un atout supplémentaire. Avantage aux Belges, issus d’un « petit pays ouvert sur le monde, souvent bi ou multilingues, dotés d’un esprit sportif et convivial, souligne Éric Georges. Aimer bien vivre, bien manger et partager son enthousiasme, ce sont clairement des points forts. »

Outre les compétences, le Club attache en effet beaucoup d’importance à la personnalité des candidats. « L’aptitude à créer du lien, l’enthousiasme, le sens du service mais aussi ‘le fun’ sont les talents essentiels de nos G.O., insistent les RH. C’est ce qui fonde l’Esprit Club Med. » Tout cela est assez exigeant pour des boulots qui ne le sont pas moins puisqu’ils impliquent la vie sur place et une disponibilité totale 6 jours sur 7, depuis que l’entreprise a généralisé le jour de repos hebdomadaire. Et si vous êtes logé, nourri, blanchi, vous ne gagnerez pas de l’or en barre… « Un saisonnier qui débute sera généralement payé au salaire minimum du pays en vigueur », confirme Éric Georges. Plus tous les autres avantages, y compris l’ambiance propre à cette grande famille et l’opportunité de voir du monde, puisque vous serez amené à passer d’un village, d’une région et d’un pays à l’autre. Il faut donc aussi être potentiellement mobile.

Université des Talents

Peut-on faire carrière au Club Med ? Même si la grande majorité des recrutements sont saisonniers ou à durée déterminée, il est tout à fait possible de gravir les échelons dans cette entreprise très organisée pour repérer et accompagner les talents, leur permettre de grandir et d’accéder à des postes à responsabilités. Soit dans les villages, soit au siège lyonnais où sont regroupés les services administratifs pour l’Europe et le Moyen-Orient (15 % des emplois, environ). « Tout chef de village a commencé au Club Med en bas de l’échelle, aucun n’est parachuté de l’extérieur même avec une expérience de directeur d’hôtel », confirme Éric Georges. Lui-même en est l’exemple vivant puisqu’il y est entré comme prof de tennis avant de progresser jusqu’à prendre la direction de plusieurs resorts, puis d’une zone géographique. Exception pour certaines fonctions précises dans les bureaux (juristes, RH, finances…), où le diplôme et l’expérience acquise ailleurs peuvent servir de sésame.

Pour le reste, « la grande force du Club Med réside dans les formations offertes à la fois dans les villages et au sein de notre Université des Talents, poursuit le Directeur Benelux. Tous ceux qui en ont envie et sont assez motivés sont capables de progresser en passant d’un service à un autre. On peut commencer comme saisonnier au bar puis suivre des formations pour devenir chef de la réception ou Food & Beverage Manager. » 

La montée en gamme du Club Med ces 20 dernières années l’oblige à investir dans la formation d’un personnel hautement qualifié et capable d’offrir dans chaque fonction un service irréprochable. « C’est aussi une façon de fidéliser les talents, conclut Éric Georges. Mais ça ne nous empêche pas de continuer à recruter de jeunes G.O. qui veulent seulement vivre une chouette expérience pendant 1 ou 2 saisons parce que ce sont eux aussi qui mettent l’ambiance qui fait notre ADN. »

Comment postuler ?

Le meilleur moyen de tout savoir sur le travail au Club Med et les postes disponibles consiste à s’informer et, le cas échéant, à postuler sur le site www.clubmedjobs.com. Si votre CV est retenu, un chargé de recrutement vous appelle. Cet entretien téléphonique est un premier test : montrez votre motivation en étant concret dans ce qui vous attire et attendez-vous à ce qu’on teste votre niveau d’anglais. Mieux vaut aussi montrer que vous connaissez et partagez les valeurs de l’entreprise. Prenez le temps de visiter le site de recrutement, voire de vous balader sur le site grand public.
Si vous passez ce premier cap, vous serez convoqué à une journée d’entretiens organisée 4 ou 5 fois par an en présentiel – et pour le moment en vidéoconférence, covid oblige. Précision importante : vous ne choisissez pas votre village, le groupe vous affecte en fonction des besoins et vous ne signez le contrat qu’à l’arrivée… Le Club Med peut vous faire voyager, mais c’est lui qui choisit la destination.

Enfin, bonne nouvelle pour ceux qui sont encore aux études : les formations en alternance sont aussi ouvertes au Club Med dans une série de métiers. Une page spécifique dédiée aux possibilités offertes en la matière est accessible sur le site de recrutement.

Un tremplin vers l’emploi

Les deux tiers des jeunes formés dans les villages du Club Med trouvent plus facilement un emploi quand ils quittent l’aventure que la moyenne du marché. C’est ce que montre une étude interne réalisée en 2017, confirmant les résultats d’une première enquête effectuée en 2013. La tendance s’amplifie, même.

Sur les 2.700 anciens G.O. interrogés, 1.100 ont répondu à l’enquête. Tous ont quitté le Club Med entre 2012 et 2015. Et si tous avaient retrouvé un job au moment du sondage, 63 % l’ont trouvé dans les 3 mois, 51 % ont obtenu un CDI et 82 % ont autant ou plus de responsabilités que ce qu’ils avaient en quittant le Club. Un accélérateur de carrière, le Club Med ? Oui : un passage par l’un de ses villages développe l’employabilité et facilite ensuite l’insertion sur le marché du travail, insiste-t-on auprès des Ressources humaines.

C’est d’autant plus remarquable que les jeunes recrues du Club Med sont en général peu diplômées. C’est donc que leur passage dans un ou plusieurs villages de la marque au trident leur a donné quelques atouts. « Nous leur permettons de progresser professionnellement dans l’exercice d’un métier, à travers la pratique, l’encadrement et la formation. Et la plupart nous disent aussi avoir bénéficié d’un développement personnel, avoir acquis de la maturité, s’être ouverts aux autres et aux autres cultures. » 

En effet, 93 % des anciens G.O. affirment avoir développé des atouts professionnels importants au Club Med et 97 % d’entre eux des atouts personnels. Côté professionnel, 37 % ont découvert un nouveau métier, 52 % ont exercé des fonctions de manager d’équipe, 57 % estiment avoir développé une expertise métier, 60 % ont suivi au moins une formation et 66 % ont appris au moins une langue étrangère. Au rayon personnel, 21 % ont amélioré leur confiance en eux, 57 % ont développé leur talent relationnel, 88 % estiment avoir eu la possibilité de se surpasser et 96 % se sont ouverts à de nouvelles cultures. Et par-dessus tout, tous ou presque estiment avoir vécu une expérience humaine et recommanderaient l’expérience Club Med à leurs proches.

Retrouve Kotplanet sur Instagram et TikTok

Écrit par Studeo

Le magazine de l'étudiant

Qu'en as-tu pensé ?

Hoe vind je een vakantiejob ?

Salade de tomates à l'orientale