Tout pour la communauté étudiante de Belgique - Infos, petites annonces et bottin.

Master généraliste, spécialisé ou doctorat ?

194

Master généraliste ou spécialisé?

Souvent à la sortie des études, un master spécialisé sera plus facilement embauché qu’un master généraliste, mais le master généraliste peut s’en sortir en faisant des stages (spécialisés !) et sera dans ce cas…préféré au master spécialisé par les entreprises qui engagent.

En fonction de chacun, la ligne à suivre peut être soit d’obtenir un profil polyvalent (intéressant dans le cas des PME) soit un profil spécifique (plutôt valable en cas de boulot dans une multinationale).

Le master et la réforme de Bologne

Les équivalences suite au processus de Bologne permettent à l’étudiant de faire un master dans une autre université belge que celle où il a fait son bachelor ou dans un pays de l’espace européen. Le BMD (Bachelor-Master-Doctorat) se base sur la notion d’UE (Unité d’Enseignement, qui regroupe sur un semestre un cours magistral combiné avec des travaux pratiques, des stages, un mémoire) correspondant à une certaine quantité de crédits (ECTS). Un master peut revenir à suivre des UE à 30, 60 o u120 crédits ECTS suivant qu’il se déroule sur un semestre, un an ou deux ans. Ces ECTS sont capitalisables (dès que l’UE est validée par une note obtenue à un examen final et reconnue comme une réussite) et transférables d’une école à une autre au sein de l’Europe. L’admission varie selon les formations : en général les candidats sont recrutés sur dossier et, éventuellement sur entretien de motivation, plus rarement sur une série d’épreuves écrites.

Ou comment choisir son troisième cycle?

Toutes les formations données dans les troisièmes cycles n’ont pas le même objectif même si elles aboutissent toutes à un emploi. Il faut donc bien cerner le secteur d’activités et s’y choisir un créneau correspondant à sa première formation (les 4 ou 5 premières années d’études effectuées soit en Haute Ecole, soit à l’Université).

Ce choix que l’étudiant va devoir faire va d’office avoir des conséquences sur sa profession future. De plus les thèmes et les formations proposés varient d’année en année notamment en fonction de ce qui se passe économiquement, politiquement et socialement dans le monde. Il faut donc toujours garder en tête son projet professionnel, celui que l’on a commencé 4 ou 5 ans auparavant et voir tous les choix possibles qu’offrent les masters.

Il faut voir quel impact aura ce choix sur les entreprises pour lesquelles on désirerait travailler plus tard. Le choix du master se fera également en se posant la question de savoir si on préfère accumuler des connaissances générales ou bien se spécialiser dans une niche, un domaine plus particulier.

Un autre critère de choix de l’école dans laquelle on fera le master est de savoir si elle a une réputation reconnue auprès des entreprises, si elle organise des stages valables, de connaitre les débouchés auxquels elle mène,….

Les masters permettent d’obtenir un travail à un haut niveau de qualification ou de continuer dans le domaine de la recherche avec un doctorat. Ce master peut aussi s’entreprendre après ce qu’on appelle plus communément (en France, notamment) une année de césure permettant de travailler en entreprise (via des stages souvent payés) et d’acquérir ainsi une expérience professionnelle et des compétences qui aideront au choix du master. C’est souvent considéré comme une force d’avoir repris des études (le master) après avoir bossé pendant un an, cela se ressentira au moment de l’engagement en entreprise. En Belgique, les étudiants ont tendance a entamer immédiatement leur master après leur bachelor puis qu’en entamant ces études, ils ont déjà une idée qui se précise au cours des années de ce qu’ils veulent comme profession.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...