in , ,

Le pré-blocus étudiant : un peu de répit avant le rush final

@Pexels - Artem Beliaikin

Pour beaucoup d’élèves à l’université ou en haute école, le blocus permet de se plonger dans ses cours et ses notes, sans jamais s’en retirer ou presque. Une période de révisions intenses et souvent de stress, à laquelle il est possible de se préparer grâce au pré-blocus, qui approche à grand pas. Ce “temps mort” dans l’année, les étudiants en profitent en réalité de plusieurs manières différentes, selon les goûts et les envies de chacun.e. Kotplanet.be, le média digital dédié aux étudiants leur a demandé comment ils profitaient de leur pré-blocus.

Le moment de se préparer

Avant d’être une période creuse dans l’année, c’est surtout l’occasion de se préparer au blocus, qui sera le rush final de l’année avec les examens. C’est le cas par exemple pour Coralie : “Le pré-blocus, pour moi, c’est imprimer les synthèses jusqu’au dernier cours qu’on a eu et fluoter un maximum. Ça me permet d’avoir mes cours du début de quadri en tête et d’avoir tout préparé pour la « vraie » étude.” La vraie étude étant consacrée au blocus car le “pré” n’est pas forcément là pour une étude intensive. “Je peux relire mes notes et les compléter, tout en me reposant. En réalité, je n’ai pas le stress et l’envie de taffer comme au blocus. Mais c’est vrai que je bosse plus qu’en période de cours” ajoute Noémie. Par contre, tout le monde ne peut pas forcément profiter d’un pré-blocus : il y a ceux en stage par exemple, ou ceux qui n’ont pas ce temps libre prévu dans leur année scolaire. 

Pour te prouver que le blocus, c’est pas si mal, lis ces 3 preuves que le blocus c’est cool !

Le réconfort avant l’effort

Un pré-blocus reste pour un bon nombre d’étudiants les “seules vraies vacances de l’année, selon Camille. “En général, les vacances d’hiver ne sont que du blocus, et en université il n’y a pas de Carnaval ou de Toussaint”. Camille a donc trouvé le moyen de prendre le pré-blocus comme un moment de pure détente. “Lors de ma première année j’avais un peu relâché la pression et j’avais prévu le pré-blocus comme des vacances. D’abord, je l’ai regretté parce que j’ai eu des examens en août. Mais en 2ème année, ça a été beaucoup mieux car je me suis rendue compte qu’il suffisait d’être régulier en cours pour ne pas avoir tant besoin du pré-blocus.” Ces étudiants qui en ont la possibilité comme Camille, peuvent alors se prévoir des voyages, des activités ou simplement être à la maison pour se déconnecter. Pour d’autres, le bon compromis, c’est de couper la poire en 2 : “Le pré-blocus va me permettre d’avancer et clôturer les travaux à rendre et les présentations. Mais je compte profiter du temps restant pour me reposer et faire des activités qui me plaisent. Je pense donc travailler 2 jours complets par semaine et profiter du beau temps et de mes amis pour le reste”

En profiter pour d’autres activités 

Certains conçoivent le pré-blocus de plusieurs autres façons. Les plus motivés sont notamment prêts à étudier le plus possible, comme en période de “réel” blocus. Peut-être pour gagner un maximum de temps et subir moins de pression pendant la session d’examen. Jules quant à lui est plutôt du genre à se consacrer à son job étudiant : “Je préfère utiliser le pré-blocus pour me rendre disponible au boulot. Tout dépend du job qu’on a, mais le restant de l’année, on a pas forcément le temps de travailler pour se faire un peu de sou, alors le pré-blocus est parfait à ce niveau-là. D’un autre côté, ça ne m’empêche pas de finir les éventuels retards que j’ai sur les cours ou les travaux”. Le pré-blocus peut donc vite devenir une sorte de déconnexion avec les cours, juste avant de s’y remettre à 100% pour les évaluations et, on l’espère, la réussite. 

En bref, qu’en pense la communauté @Kotplanet sur les réseaux ? 

Plus de 450 étudiants ont répondu à ce sondage : avez-vous un pré-blocus ou non ? La majorité d’entre eux ont effectivement un pré-blocus (66%) mais avec des programmes différents. 27% de ces étudiants préfèrent étudier à fond, comme en situation de blocus normal. 44% font une révision plus “light”, en remettant leurs cours en ordre ou en préparant simplement leur blocus. Pour les autres, c’est plutôt détente à la maison (15%) ou voyage (14%). Des voyageurs d’une semaine en général.

Tu peux nous suivre sur TikTok pour plus de contenu !

Écrit par Robin R

Qu'en as-tu pensé ?

Hoe vind je een vakantiejob ?

Salade de tomates à l'orientale