in ,

Comment bien manger pour booster son cerveau ?

@Pexels - Ron Lach

Rédigé par Gwendoline Cuvelier pour Studéo

Le blocus n’est pas un sprint mais un marathon. Pour tenir le coup sur la durée et optimiser ses performances, une alimentation équilibrée s’avère primordiale. Valentine Verkindere, conseillère en nutrition certifiée CERDEN, livre ses conseils pour booster son cerveau naturellement lors de cette période intense.

Les aliments à privilégier

Les glucides représentent votre carburant. Ils sont essentiels pour apporter une énergie constante au corps et au cerveau. L’important : favoriser des glucides complexes à index glycémique (IG) bas (quinoa, sarrasin, pâtes cuites al dente, riz complet…). Ces derniers libèrent le glucose progressivement dans le sang et apportent une énergie stable.

Les protéines (viande, poissons, œufs, produits laitiers…) contiennent des acides aminés qui boostent la synthèse des neurotransmetteurs et améliorent la mémorisation. 

Les acides gras oméga 3 (que l’on trouve dans les poissons gras, les noix, l’huile de colza ou l’huile de lin) limitent l’inflammation et permettent une meilleure fluidité des membranes, optimisant ainsi l’activité des neurones.

Les fruits et légumes, riches en antioxydants et gorgés de bons nutriments, sont à consommer de manière abondante.

Les vitamines B jouent un rôle dans le bon fonctionnement du système nerveux et facilitent la mémorisation. On en trouve notamment dans le saumon, les épinards et les céréales complètes.

La mission du fer consiste à transporter l’oxygène au cerveau. C’est donc un élément important en période de blocus ! Les aliments qui en contiennent : les fruits de mer, la viande rouge, les fruits secs ou encore les légumes verts.

De nature angoissée ? Le magnésium est l’anti-stress par excellence. Il est présent dans les légumineuses et légumes verts mais aussi dans le chocolat noir.

Buvez de l’eau régulièrement : la déshydratation peut exercer un impact négatif sur les performances mentales.

De manière générale, favorisez une alimentation variée et au maximum bio (afin de se prémunir des pesticides). Des compléments alimentaires peuvent être pris en supplément, sous conseil d’un spécialiste.

Les aliments à éviter

En période de blocus, il est conseillé de faire l’impasse sur tous les acides gras transformés tels que les biscuits, chips, bonbons et boissons sucrées. Ces aliments vont, certes, vous procurer de l’énergie sur le moment mais celle-ci se transformera en coup de pompe lors de la baisse brutale du taux de sucre dans le sang. Résultat : une concentration perturbée et un état de somnolence. 

Votre journée type

Le matin, l’idéal est de déguster un petit-déjeuner protéiné salé afin de garder de l’énergie toute la journée. On opte, par exemple, pour un bon pain au levain, du saumon, de l’avocat, un œuf à la coque ou un peu de fromage à pâte dure. 

À l’heure du lunch, privilégiez les protéines accompagnées de beaucoup de légumes et d’un peu de féculents à IG bas. Le tout accompagné d’une bonne huile riche en oméga 3-6-9.

La sérotonine (l’hormone du plaisir) doit être boostée en deuxième partie de journée afin de rester concentré. Vers 16 heures, favorisez un goûter composé de glucides complexes à IG bas : quelques noix, un carré de chocolat noir, un yaourt ou un fruit, par exemple.

Le soir, un repas léger est de mise, et pris tôt de préférence. Celui-ci est composé de protéines douces telles que du poulet, du poisson ou des protéines végétales afin de ne pas impacter la qualité du sommeil. Les glucides complexes (pommes de terre, pain, pâtes, céréales…) peuvent faire partie de l’assiette et sont même bénéfiques.

Écrit par Studeo

Le magazine de l'étudiant

Qu'en as-tu pensé ?

Zes excuses om niet alle zomerfeestjes mee te pakken

Salade de tomates à l'orientale