6 phrases que les étudiants ne peuvent plus entendre

On est tous bien d’accord que la vie d’étudiant est assez tranquille et qu’il fait bon vivre dans le kot mais malgré ton envie de profiter de tout ça, il y a toujours un gars ou une nana déjà dans la vie active qui ne manque pas de te dire sa façon de penser. Voici les 6 commentaires que tu ne peux plus en entendre sur ta situation d’étudiant

1/ « Profite après tu verras »

Celle-là, c’est une classique ! On verra ! On verra quoi ? À croire que la vie s’arrête en même temps que les études. « Profite, après tu verras ». En tant qu’étudiant, on a envie d’entendre des choses positives sur l’avenir, que les plus âgés nous donnent cette envie d’être enfin sorti de ces études. Généralement et malheureusement, c’est plutôt l’inverse… Oui bosser c’est dur mais on est en train de se battre pour y arriver donc nous cassez pas dans notre lancée !

2/ « Il y en a qui travaille hein »

Tu es en soirée, l’ambiance est à son comble et là bams ton pote fraîchement diplômé et ayant trouvé un job il y a quelques semaines te dit qu’il est fatigué et qu’il va rentrer. Tu essaies bien gentiment de le remotiver et tu lui proposes simplement un verre pour se requinquer. Et rempli de bonnes intentions, tu te prends un « Il y en a qui travaille hein ». Aïe… C’est la douche froide…. Comme si… C’est bien connu : aucun student n’a un job et personne ne sait ce que c’est de travailler… Arretez ! Un étudiant sait ce que c’est de bosser.

3/ « Moi quand j’étais étudiant, ce n’était pas pareil »

Tu racontes à tes parents ton système de crédits et la moyenne à 10 et on est tous bien d’accord qu’ils n’y comprennent rien. La réaction est quasiment invariablement la même : « de mon temps, moi quand j’étais étudiant, ce n’étais pas pareil » sur un ton désapprobateur. Ça fait mal… N’y fais pas trop attention, le syndrome « c’était mieux avant » c’est pour tout et pour rien. Et avoue que ça t’arrive aussi d’être nostalgique pour certaines choses.

4/ « Non c’est moi qui paye, moi j’ai un salaire »

Ici, c’est plus délicat. Tu es de sortie avec ta bande et c’est l’heure de l’addition. Ton amie veut te payer le verre parce qu’elle veut simplement te faire plaisir. L’intention y est mais les formes n’y sont pas. « Non c’est moi qui paie, moi j’ai un salaire ». Noooooon, arrêtez hein ! Se faire offrir un verre ok mais pas si c’est pour te faire rappeler que tu n’as qu’un malheureux salaire d’étudiant. Et quand c’est nous qui avons envie de vous faire plaisir, acceptez sans discuter. On n’est pas à la rue non plus.

5/ « Tu passes ta vie à étudier, ce n’est pas possible »

Plus le blocus approche, plus tu as besoin de temps pour te remettre en ordre. Tu as besoin de tes week-ends pour faire tes synthèses et la remise des travaux t’oblige à décliner des invitations… Tant que ceci n’est pas une excuse pour éviter une sortie ou une autre comme énoncé dans l’article https://www.kotplanet.be/detente/le-hit-des-pires-excuses-utilisees-par-les-etudiants/, tu as le droit et le devoir de te concentrer sur tes études. C’est déjà assez dur comme ça et là on te fait le reproche de ne plus être là en janvier ou en juin. Vous avez parfois la mémoire courte les gars, le blocus n’est pas période facile, soutenez vos amis et obligez les mêmes à rentrer à l’heure dite.

6/ « Allé viens, on sort, de toute façon tu n’étudies pas la nuit

La phrase que tu as déjà sûrement entendu pendant ton merveilleux blocus… À celui de Noël, c’est pour le Nouvel an : les gens insistent et bien que cela parte toujours d’une bonne attention, il y en a toujours un pour te dire « Allé viens, ne rentre pas maintenant, tu n’étudies pas la nuit de toute façon ». Non mec, effectivement la nuit, je dors ! Il nous faut du repos pour attaquer ces longues journées d’étude.

La vie estudiantine c’est la belle vie, il y aura des jaloux. L’important est de profiter des moments de détente et d’assurer aux examens. Go !

Vous pourriez aussi aimer