in ,

Pourquoi ne plus avoir honte de ne pas boire d’alcool ?

@Pexels - Polina Tankilevitch

“Tu ne bois pas d’alcool?? Mais pourquoi???”. Cette question est souvent posée avec la plus grande incompréhension – et une note de mépris ignorant… ou d’ignorance méprisante. Un grand classique, pour les gens qui ne boivent pas d’alcool (peu importe la raison derrière ce choix). Et, dans ce genre de cas, mieux vaut en avoir, une raison (et une bonne) ! Parce que certaines personnes ne semblent pas appréhender l’audacieuse idée que, non, l’alcool n’est pas indispensable pour s’amuser et que, non, ce n’est pas spécialement bon pour tout le monde. Alors, aujourd’hui, je vais rendre justice à toutes les personnes qui doivent constamment se justifier de leur choix de ne plus/pas boire d’alcool, dans n’importe quel contexte. Parce qu’éviter l’alcool, ce n’est pas une honte, bien au contraire !

Si tu penses un peu trop à l’alcool, ces 5 memes te parleront probablement… J’espère que ce n’est pas le cas ! 

1/ Bonne nouvelle pour la santé

On va commencer avec le plus évident : ne pas boire d’alcool, c’est se préserver pour le futur ! En effet, quelle meilleure raison que de prendre soin de son corps et de son esprit ? Alors je sais déjà ce qu’on va dire “Oui mais l’alcool permet un état d’euphorie, c’est agréable et, à petites doses, ce n’est pas dangereux”. Je risque de briser la bulle de pas mal de personnes mais, si, même à très faibles doses, l’alcool détruit le corps, à petit feu. Voici une petite liste de quelques maladies – physiques ou psychologiques – que l’alcool peut provoquer, à court ou à long terme (et peu importe la quantité d’alcool ingérée) : cancers (oesophage, colon, sein, pharynx, bouche, etc.), maladies cardiovasculaires (risque d’hypertension et augmentation de la pression artérielle), AVC, cirrhose, problèmes de mémoire, d’attention et/ou de concentration, démences, crises d’épilepsie, maladies digestives, voire même anxiété et dépression dans le cas d’une consommation qui dépasse l’entendement. Bref, tu l’auras compris : alcool = no bueno. 

Tu te rends compte que l’alcool est un problème pour toi ? Pas de panique, il y a tout à fait moyen d’arrêter de boire (le vouloir, c’est le pouvoir). 

2/ Bonne nouvelle pour le portefeuille

Si tu t’es déjà rendu.e ne serait-ce qu’une seule fois dans une boîte de nuit ou un bar pas mal fréquenté, tu auras sans doute remarqué les prix exorbitants de l’alcool, particulièrement les cocktails. C’est un véritable budget que tu dois planifier pour passer une simple soirée entre potes (surtout sachant que, généralement, l’alcool appelle l’alcool, donc tu ne vas probablement pas te cantonner à un pauvre verre solitaire). Tu ne bois pas d’alcool ? Eh bien, la prochaine fois que tes amis voudront te foutre la honte à base de “C’est nul, tu casses l’ambiance, allez, prends un verre aussi !” peu importe à quel point tu as répété le très simple – mais somme toute incompréhensible pour certains – “non”, n’hésite pas à te rappeler de tout l’argent que tu as économisé grâce à tes choix (judicieux, si je puis me permettre une opinion totalement objective). 

Allez, pour ceux qui aiment boire, voici une liste des 5 cocktails pas chers si tu veux économiser pour tes soirées étudiantes. 

3/ Bonne nouvelle pour la société

Je sais ce que tu vas penser “Quel rapport entre la société et la consommation d’alcool ?”. J’y viens, j’y viens. En soi, ça n’a pas de rapport. Certaines personnes consomment de l’alcool, certaines non. Cependant, il faut parfois se rappeler la pression sociale assez grande liée à l’alcool. Boire, dans la société dans laquelle nous vivons, se trouve souvent associée à une attitude “cool”. Si tu ne bois pas, que ne vas pas en soirée, que tu ne fais pas la fête tous les weekends, tu dois probablement être ennuyeux ou avoir un balai dans le… à l’arrière, quoi. Beaucoup de gens tombent d’ailleurs dans l’alcoolisme comme ça : ça démarre par l’intention innocente de s’amuser en soirée, suivie par le rapprochement psychologique entre “alcool” et “amusement” (“si je ne bois pas en soirée/en boîte, je ne m’amuse pas”), avant de commencer à boire seul.e, tout simplement pour ressentir une once d’émotion positive au quotidien.

J’en viens donc à ce que je disais dans le sous-titre : c’est une bonne nouvelle pour la société, car ce genre de mentalité permettra aux gens de comprendre de plus en plus que l’alcool n’est pas synonyme d’amusement et d’attitude à suivre pour se faire respecter/aimer. Tu n’as pas besoin de boire pour être cool. Je ne pourrais jamais insister assez dessus, mais la seule chose qui peut te rendre sincèrement cool (au minimum, aux yeux des bonnes personnes), c’est d’être toi-même (et fièr.e de l’être)… 

En conclusion, je vais rappeler quelque chose d’aussi essentiel qu’évident : tant que tu es heureux.se, que tu ne fais pas de mal aux autres et que tu ne te fais pas de mal à toi-même, fais ce qui te plaît. Après tout, n’oublions pas que nous n’avons qu’une vie. Autant en profiter ! Mais toujours dans le respect des autres et de soi-même. Et petit rappel pour toi, qui bois et qui t’es senti.e l’envie de lire mon article (bienvenue à toi) : ne bois pas comme un trou, tu le regretteras, un jour ou l’autre. Et n’oublie pas non plus que les gens possèdent tous une raison de faire ou ne pas faire les choses qu’ils font ou non. Que tu comprennes cette raison ou pas (dans la mesure où ladite raison est inoffensive), ce n’est pas à toi de juger ou d’essayer de convaincre ton ami.e (insister un petit peu et de manière taquine ne pose pas de problèmes, mais apprends à connaître les limites des gens qui t’entourent). 

Tu veux t’amuser, mais sans alcool ? Check nos réseaux sociaux (tiktok et insta, on est cool, je te jure). 

Sources (principalement pour la section sur les méfaits de l’alcool) : 

https://www.alcool-info-service.fr/alcool/consequences-alcool/risques-long-terme

https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/alcool/articles/quels-sont-les-risques-de-la-consommation-d-alcool-pour-la-sante

Écrit par Lisa B.

Qu'en as-tu pensé ?

Zes excuses om niet alle zomerfeestjes mee te pakken

Salade de tomates à l'orientale