in ,

Une année en mode écolo

@Pexels - Polina Tankilevitch

Article rédigé par : ANNABELLE DUAUT pour STUDEO

Vivre de manière écologique n’est pas chose aisée lorsqu’on vit en collectivité. Si, malgré tout, vos cokoteur.ses ont la fibre responsable, voici quelques mini-projets à mettre en place au sein du kot pour passer une année plus « green ».

1. Cuisiner ses épluchures

Sans beaucoup d’efforts ni de créativité, il est possible de récupérer ses épluchures de légumes et de fruits dans ses préparations culinaires. Celles de carottes et de pommes de terre peuvent tout à fait être utilisées dans la préparation de délicieux samoussas ou encore de chips pour l’apéritif. Adepte de la soupe de courge ? Vous pouvez aussi récupérer les graines de cucurbitacées pour en faire de délicieux petits snacks sains.

Pour ce faire, il suffit de les rincer, de bien les sécher puis de les épicer (cumin, paprika) avec 2 cuillères à soupe d’huile de tournesol. À placer sur une grille au four de manière bien espacée et après 2 x 10 minutes (on les retourne à mi-cuisson), c’est prêt !

Si vous avez toujours des restes dont vous ne savez que faire et qui atterrissent souvent à la poubelle, pensez aux cakes salés, quiches, gratins et omelettes qui se prêtent parfaitement à ce type d’exercice ! Au printemps, sachez que les fanes de radis et de carottes sont excellentes mixées en velouté ou dans un pesto pour agrémenter un risotto. Pour les pommes, on pense aux chips de fruits à faire au four avec un peu de sucre et de cannelle. Un délice à moindre prix ! Au rayon anti-gaspi, il est même possible de faire de ses peaux de bananes… un cake ! Un petit tour sur la Toile vous montrera que c’est possible et surtout savoureux.

2. Mettre en place un compost

Si vraiment vous n’avez pas le temps de récupérer vos déchets organiques, installer un compost dans le kot (sur une terrasse ou dans un petit jardin, c’est tout de même mieux pour les odeurs !) est une excellente idée pour éviter devenir gonfler les sacs poubelle communaux. Dans un magasin de bricolage classique, un bac à compost en plastique reviendra à 40 euros. Si vous êtes un brin bricoleur.se, il est également possible – et moins onéreux ! – de fabriquer un bac soi-même à l’aide de planches. Vous pouvez aussi récupérer du bois de palettes voire faire une version avec du grillage pour utiliser moins de planches. Les tutoriels sur le sujet sont nombreux sur le web, vous devriez y trouver la version qui convient.

3. Fabriquer ses propres produits ménagers

Le nettoyage écologique n’a pas que l’avantage d’être bon pour notre santé et l’environnement : il est aussi économique et pratique (parce qu’assez rudimentaire). En effet, vous n’aurez besoin que de quelques ingrédients et articles de base pour faire briller le kot de mille feux ! Au rayon des indispensables, on retrouve : les lavettes en microfibres, le vinaigre (excellent pour désinfecter, détartrer, désodoriser !), le bicarbonate de soude (pour nettoyer, enlever les odeurs et adoucir), les cristaux de soude (pour détacher), le savon noir ménager (pour dégraisser sol et surfaces mais aussi nettoyer le linge) et le savon de Marseille (le produit lessive par excellence). Avec ces sept incontournables à portée demain, on va pouvoir concocter un nettoyant ménager multi-usages, du liquide vaisselle maison, du produit WC (attention ici il faut en plus de la fécule de pomme de terre ou de l’amidon de maïs), de la lessive liquide… Retrouvez toutes les recettes de ces préparations sur le site ultra-fourni d’Ecoconso (www.ecoconso.be). A vous de jouer !

4. Acheter en vrac

Que vous ayez choisi de partager tous vos repas, un seul sur la semaine ou même aucun, faire ses courses dans un magasin de vrac est un bon réflexe à conserver pour faire du bien à la planète. En venant avec vos propres contenants (sacs en tissu, sachets en papier réutilisables, bocaux…), vous pouvez vous approvisionner en céréales, graines, fruits secs mais aussi aux rayons boucherie et fromagerie sans devoir jeter tout un tas d’emballages plastique. L’idéal : acheter local et de saison. Comme les contenants durables peuvent être assez encombrants, utilisez votre voiture ou empruntez-en une à un.e de vos cokoteur.ses si vous en avez l’occasion. Établissez un menu pour plusieurs repas voire pour la semaine est enfin une bonne astuce pour éviter d’avoir les yeux plus gros que le ventre ou de réaliser des achats inutiles lors de vos emplettes.

5. Avoir son propre potager

Disposer de son propre potager à domicile est une excellente idée pour s’approvisionner directement en fruits, légumes et plantes aromatiques. Même si l’idéal est de positionner votre mini-potager à l’extérieur (balcon, jardinet), vous pouvez choisir de le placer à l’intérieur, près d’une source de lumière naturelle. Vu le peu d’espace à disposition, privilégiez les plantes faisant peu de racines : salades, épinards, aubergines, poivrons, citrons, fraises et groseilles. Le marc de café est par ailleurs un excellent engrais pour les plantations, donc n’hésitez pas à y avoir recours s’il y a des ama-teur.trice dans le kot !

Pour termine, voici notre mode d’emploi pour une soirée zéro déchet réussie !

Écrit par Kotplanet

Qu'en as-tu pensé ?

Zes excuses om niet alle zomerfeestjes mee te pakken

Salade de tomates à l'orientale