in ,

Comment combattre le syndrome de la page blanche quand on est étudiant ?

@Pexels - Tirachard Kumtanom

Ça nous est tous arrivé au moins une fois : se retrouver devant sa feuille, à lire une question et ne pas savoir y répondre. Le pire c’est que tu connais la réponse, mais impossible de savoir par où commencer ! Ce genre de situation arrive à tous, même les plus écrivains d’entre nous, peut aussi arriver pour écrire un mémoire ou un travail par exemple. Pour y remédier, Kotplanet te donne quelques conseils !

S’inspirer, c’est pas sorcier

Un premier conseil serait de simplement prendre du recul directement par rapport au moment où tu dois commencer. Quand on se retrouve devant sa feuille, on a tendance à forcer les choses, ce qui n’a jamais été bon. C’est là que le syndrome de la page blanche apparaît. Il n’y a aucun mal à poser son stylo une paire de minutes et réfléchir calmement. Passe vite fait à autre chose, pose-toi sur ta chaise ou ailleurs, réfléchis à la vie, à la mort, tout ce que tu veux. C’est en revenant devant ta feuille après ces petites minutes que l’inspiration peut revenir comme elle était partie.

Écrire de tout et n’importe quoi

Ça peut paraître bête, mais ça fonctionne souvent : prends une feuille de brouillon et commence par écrire tout ce qui te passe par la tête. Ça peut être n’importe quoi, tant que tu lances ton écriture. Il ne faut même pas penser à la tournure des phrases ou faire en sorte que ce soit logique. C’est simplement pour avoir un point de départ et pouvoir combattre ce syndrome de la page blanche. Sur un mot ou une phrase, ton inspiration peut revenir et te permettre de commencer à écrire plus sérieusement. Le but est de pouvoir partir de n’importe quoi, pour pouvoir le développer par la suite et en faire quelque chose de sérieux. On appelle ça la technique du peintre

T’es à la bourre pour ton TFE ou ton mémoire ? On a 4 conseils pour le rédiger en moins d’un mois !  

Technique de l’entonnoir 

Celle-là, c’est notre arme secrète pour le syndrome de la page blanche ! La plupart du temps, on ne sait pas quoi écrire car on ne sait pas par où commencer tellement il y a d’éléments. Cela arrive souvent lorsque l’on doit écrire un mémoire, ou du moins un travail assez conséquent. La technique de l’entonnoir, c’est tout simplement écrire le sujet de ton travail global, puis écrire une ou plusieurs idées plus petites en rapport avec ce sujet, puis les liées à d’autres idées plus petites et ainsi de suite. Le principe est donc de noter tout ce qui englobe ton travail pour ensuite faire le choix de savoir quoi et écrire et où l’écrire. Ça te permettra d’y voir plus clair et de commencer ton écriture par étapes.

De l’ordre dans le désordre

Une grande aide à l’écriture est aussi de noter d’abord ce que tu sais. Tu ne sais pas comment  introduire ta réponse ? Pas de souci : commence par la fin ! Peu importe si tu notes d’abord la conclusion, pour switcher sur le troisième paragraphe avant d’écrire le premier. Parfois, il vaut mieux faire ça pour éviter d’oublier ce que l’on savait au départ, et ça permet de donner des indices, de t’inspirer pour l’introduction dans laquelle tu avais une page blanche au départ. Mais bon, si tu ne connais aucune réponse à la question, tu peux toujours broder et prier pour que ça passe…

N’oublie pas d’aller voir le compte TikTok de Kotplanet !

Écrit par Robin R

Qu'en as-tu pensé ?

Hoe vind je een vakantiejob ?

Salade de tomates à l'orientale