L’échec et l’unif : Comment gérer les mauvaises notes

1 166

L’université… Ses cours à rallonge, ses amphis glacés, ses profs blasés, les pauses café, les fêtes du jeudi soir. Et les exams. Parce-que oui, on oublie souvent que l’unif, même si c’est une période de la vie où tout change, c’est avant tout un endroit formateur où on assiste à des cours dans un seul but : Obtenir un sésame vers l’avenir. Et si certains étudiants se fichent pas mal des cours et préfèrent vivre au rythme des soirées, d’autres peuvent parfois s’inquiéter, voire paniquer en constatant qu’ils pêchent, malgré leurs efforts.
Et si le fait de bosser tes cours et la méthode tout en faisant des recherches est important pour avoir une note décente aux exams, il est aussi essentiel d’avoir un bon état d’esprit. Voici quelques conseils pour mieux gérer tes erreurs à la fac.

1. Étudie ta copie
Oui, je sais… Quand on te rend une sale note, t’as juste envie de retourner la table, de lancer ta chaise à travers la fenêtre et de brûler ta copie dans la poubelle sous les yeux de ton prof ébahis pour bien lui faire comprendre ta frustration. Mais il faut résister à la tentation. Non seulement pour ne pas avoir l’air d’un fou furieux, mais aussi parce que ta copie, c’est l’indicateur numéro 1 de ce qui n’allait pas ; la clé vers des exams réussis. Alors même si ça fait mal, relis ta copie, essaie de prendre du recul et de te juger seul en prenant les remarques du prof en compte. Note les points que tu dois améliorer, et si quelque chose n’est pas clair, ou te semble injuste, n’hésite pas à demander des précisions à ton prof. Je suis sûre que ta mère t’as déjà dit « Tu sais mon chéri, c’est en faisant des erreurs qu’on apprend ». Et crois-moi, elle n’a pas tort. Alors ravale ta fierté et admets tes erreurs pour ensuite pouvoir les exploiter pour t’améliorer.

2. Pas de panique
Une sale note, ça arrive à tout le monde. Oui oui, même à Mademoiselle Granger, je t’assure. La vie se met parfois en travers de notre chemin, qu’on le veuille ou non, et il se peut que tu n’aies pas été au top le jour du partiel, tout simplement. Fièvre, fatigue, stress, impossibilité à se concentrer… Il y a des jours où ça ne va pas. Et ce n’est pas grave. Alors surtout, avant de t’auto-flageller, dis-toi que ce n’est pas un drame. Tant que ça ne t’arrive pas constamment, une mauvaise note ne signe pas la fin de ton semestre. Il faut donc relativiser lorsque tu sais pertinemment que ton échec est lié à quelque chose d’incontrôlable, comme une insomnie par exemple, ou une baisse de moral. Dans ces cas-là, le fait de t’en vouloir ne fait qu’empirer les choses, et pourrait même avoir un impact néfaste sur ta confiance en toi. Alors respire un bon coup, et surtout dis-toi que même si le résultat est négatif et que ce n’est pas ce que tu espérais, ce n’est malgré tout pas la fin du monde. Il faudra ensuite s’attaquer au problème en tant que tel : la raison de ton échec. Si tu sais que tu as eu du mal à te concentrer à cause d’un stress trop important par exemple, il faudra essayer de s’attaquer à la racine du problème pour éviter que ça ne se reproduise, en méditant par exemple ou en faisant une bonne séance de sport pour te défouler un bon coup. Courage !

3. Ne reste pas seul
Si tu as du mal en cours, et que ta mauvaise note n’est pas juste un accident de parcours ; sache que tu n’es pas seul. Même si les étudiants ont moins tendance à parler de leurs difficultés aux profs ou entre eux, tout le monde n’y arrive pas forcément. Mais sache qu’il n’y a pas à avoir honte, et que tout le monde a des difficultés au moins dans une matière. N’hésite donc pas à parler de tes problèmes autour de toi, certains de tes potes accepteront sans doute de t’aider à réviser telle ou telle matière. Tu peux aussi tout simplement trouver une oreille attentive à qui parler pour relâcher la pression une fois de temps en temps et avoir l’esprit plus clair pour réviser et pour passer les exams. Et si ça ne suffit pas, n’hésite pas à aller voir ton prof directement. Bien que les profs de fac soient généralement assez occupés, si tu te pointes avec une liste de questions claires, ou en ayant en tête un point précis que tu voudrais qu’il te réexplique, il prendra sans doute une minute pour t’aider à te dépatouiller. Bref, l’idée si tu as du mal, c’est de ne surtout pas te renfermer sur toi-même en te disant que tu n’es juste pas assez intelligent, ou que sais-je encore. Il suffit souvent juste d’un petit coup de pouce pour y arriver, alors n’aies surtout pas peur de demander de l’aide autour de toi !

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.