in , ,

Blocus : pour ou contre ?

👆 Si t’as la flemme de lire l’article, check la vidĂ©o 👆

Chaque annĂ©e Ă  cette pĂ©riode, vous vous prĂ©parez, comme la grande majoritĂ© des Ă©tudiants belges, Ă  affronter cette interminable torture intellectuelle : le blocus. Vous avez renflouĂ© votre stock de fluos, de bics et de blocs de feuilles. Votre maman chĂ©rie a lavĂ© vos vĂȘtements les plus confortables et vous fournit en vitamines C, D, B6, B8, B12, et tutti quanti. Bref, ça y est : vous ĂȘtes prĂȘts.

Cependant, une question vous trotte dans la tĂȘte : Pourquoi ? Pourquoi diable devez-vous, pendant deux Ă  trois mois par an, vous Ă©chiner Ă  retenir par cƓur des syllabi indigestes et des dates par centaines ou Ă  rĂ©soudre des dizaines d’exercices ? Pourquoi est-ce si important de savoir le jour de l’examen ce que vous aurez oubliĂ© le lendemain ?

Le blocus : un avantage

Eh oui, la bĂȘte noire de tous les Ă©tudiants belges prĂ©sente, avant tout, un avantage majeur : ici, les cigales ont autant de chances (voire mĂȘme plus) que les fourmis. Que vous soyez de ceux qui prĂȘchent pour un travail rĂ©gulier (malgrĂ© les rĂ©percussions probables du combo Ă©tude quotidienne + blocus + session sur votre santĂ© mentale) ou que vous adoptiez la stratĂ©gie du last minute, le dĂ©fi du systĂšme universitaire est de trouver le meilleur ratio effort/rĂ©sultat possible.

Comme vous ne devez vous soumettre Ă  aucune Ă©valuation rĂ©guliĂšre, il est tout Ă  fait possible (pour votre plus grand plaisir) de danser, chanter, flĂąner et vous amuser jusqu’en S6 (minimum). D’ailleurs, ce n’est pas pour rien si Ă  Louvain-la-Neuve il est coutume d’entendre de la bouche des Ă©tudiants : « S6, grande diss’ » ou « S10, tu bosses ou tu bisses ».

Retenir aujourd’hui pour mieux oublier demain ?

Si le blocus vous permet de profiter pleinement de toutes les activitĂ©s organisĂ©es pendant le quadri, on peut se demander s’il vous permet vraiment d’assimiler la matiĂšre. Le travail intensif et parcellaire concentrĂ© sur de courtes pĂ©riodes sollicite essentiellement votre mĂ©moire Ă  court terme. Celle-ci est particuliĂšrement efficace pour emmagasiner en peu de temps de grandes quantitĂ©s de matiĂšre mais ne vous permet malheureusement pas d’ancrer vos connaissances dans la durĂ©e. Ainsi, Ă  la fin de votre parcours, il n’est pas impossible que vous n’ayez retenu de vos cours que les informations principales rĂ©pĂ©tĂ©es d’annĂ©e en annĂ©e. Bref, avec un peu de chance, vous aurez surtout acquis une bonne rĂ©sistance Ă  la pression et une dĂ©termination Ă  toute Ă©preuve (et peut ĂȘtre aussi un entrainement au confinement, ça peut toujours servir).

Par contre, la crĂ©ativitĂ©, la curiositĂ©, l’envie d’apprendre de nouvelles choses, l’esprit critique, la recherche et l’organisation quotidienne ne font que rarement partie du programme universitaire belge et resteront, en gĂ©nĂ©ral, dans le domaine de « l’extra-scolaire ».

Pédagogie active : comment apprendre sans étudier ?

Alors que l’autonomie et l’autodĂ©termination dominent largement toutes les autres sphĂšres de la vie, le modĂšle Ă©ducatif belge semble encore et toujours rĂ©sister Ă  l’envahisseur puisqu’il se base sur une pĂ©dagogie classique et traditionnelle fondĂ©e sur la transmission asymĂ©trique du savoir.

Cependant, depuis plusieurs années, ce modÚle traditionnel est fondamentalement remis en question et tous les regards se tournent vers le modÚle éducatif scandinave.

AxĂ© sur la pĂ©dagogie active, ce systĂšme met l’élĂšve sur un pied d’égalitĂ© avec le professeur. Pour les plus jeunes, les programmes scolaires sont adaptĂ©s aux envies des enfants. Les matiĂšres « classiques » telles que les mathĂ©matiques ou les cours de langues sont abordĂ©es Ă  travers des mises en situation, des cas pratiques et des exercices. De plus, chaque semaine (voire chaque jour), les enfants Ă©veillent leur esprit Ă  travers des activitĂ©s plus ludiques telles que des balades en forĂȘt, des ateliers de cuisine ou d’arts plastiques, etc. Dans certaines Ă©coles, il n’existe ni devoir ni examen, c’est l’enseignant qui dĂ©cide en fonction de la relation particuliĂšre qu’il a nouĂ©e avec son Ă©lĂšve et des observations qu’il a pu faire au cours de l’annĂ©e si ce dernier est apte Ă  accĂ©der Ă  la classe supĂ©rieure. L’accent est Ă©galement mis sur l’auto-Ă©valuation de l’élĂšve par rapport Ă  ses capacitĂ©s.

Ces changements structurels dans la maniĂšre de concevoir l’éducation se ressentent Ă©galement Ă  l’universitĂ©.  Fonctionnant pour la plupart sur base de « classes inversĂ©es », les Ă©tudiants, encouragĂ©s Ă  s’approprier la matiĂšre, doivent prĂ©parer, par eux-mĂȘmes, le contenu des cours. De leur cĂŽtĂ©, les professeurs construisent leurs leçons selon les questions qui leur sont posĂ©es et offrent un Ă©clairage sur les Ă©lĂ©ments-clĂ©s des textes et des syllabi. De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, le rapport professeur-Ă©tudiant se fonde sur un respect mutuel et une confiance en les connaissances et les capacitĂ©s de chacun. Les Ă©valuations, axĂ©es sur la rĂ©flexion, se prĂ©sentent la plupart du temps sous forme de travaux ou de « take-home exam » Ă  cours ouverts. Les enseignants ne craignent donc pas la tricherie puisque seule l’originalitĂ© de la rĂ©flexion construite par l’étudiant importe rĂ©ellement.

Vers un nouvel Ă©quilibre de l’annĂ©e universitaire ?

Bien que le fameux blocus belge soit particuliĂšrement ancrĂ© dans les mƓurs universitaires, peut-ĂȘtre n’est-il pas une fin en soi. En effet, depuis l’annĂ©e derniĂšre, la Louvain School of Management de Louvain-la-Neuve a dĂ©cidĂ© de rĂ©organiser son calendrier acadĂ©mique (en mĂȘme temps, c’est sa spĂ©cialitĂ© l’organisation). La matiĂšre est dĂ©sormais rĂ©partie diffĂ©remment afin d’amĂ©nager, Ă  la moitiĂ© de chaque quadrimestre, une semaine d’examen supplĂ©mentaire, allĂ©geant ainsi la session commune et leur blocus.

Les universités et hautes écoles belges vont-elles suivre le mouvement ?

Tu peux retrouver l’ensemble des articles de l’Etincelle ici ainsi que leur page Facebook 

 

Si tu rĂȘves d’avoir des bonnes notes, Kotplanet sait t’aider!

Qu'en as-tu pensé ?

0 points
Like Dislike

Écrit par L Etincelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

5 choses Ă  savoir sur les fake news

5 conseils pour bien avancer dans ses synthĂšses