in ,

Le troc d’où ça vient ?

L’historique du troc

Le troc est l’opération économique par laquelle chaque participant cède la propriété d’un bien (ou un groupe de bien) et reçoit un autre bien. Le troc fait partie des échanges dits de compensation, avec l’échange de services au pair.

On oppose le troc à l’opération d’achat-vente médiatisée par une monnaie.

Le troc a été le seul mode d’échange de nombreuses économies anciennes comme celle de l’Egypte des Pharaons ou celle des peuples amérindiens. L’absence de monnaie circulante n’empêchait pas l’usage d’unités de compte. Le faible nombre des productions conduisaient les agents économiques à connaître par cœur les rapports d’échanges entre eux qui étaient généralement fixes et parfois constatés dans des mercuriales. Les indemnités judiciaires étaient également basées sur des rapports de valeurs fixées entre les différents objets usuels, souvent dans l’espace méditerranéen antique la tête de bétail (le plus souvent le bœuf).

Le troc n’a pas été incompatible avec de grandes civilisations organisées qui ont perduré pendant des siècles voire des millénaires. Il a précédé l’échange monétaire qui l’a supplanté dans les sociétés modernes mais il n’a jamais totalement disparu, ni dans le commerce intérieur et encore moins dans les échanges internationaux, lorsqu’un pays ne dispose pas d’une devise convertible.

Les crises économiques redonnent toujours un rôle un peu plus grand au troc du fait de la raréfaction des signes monétaires. Les sociétés soviétiques ont toutes connu, à côté des marchés classiques utilisant la monnaie légale, d’importants marchés de troc portant sur des productions personnelles, des biens meubles personnels, ou des biens récupérés sur les lieux de travail.

Plus généralement dans les périodes de pénuries, comme les périodes de guerre ou d’occupation, le troc redevient un mode d’échange fréquent. Les différents tickets de rationnement font particulièrement l’objet d’un troc massif, l’égalité de la distribution de ticket ne correspondant pas à la variété de celles des goûts. Mais les biens rares et d’usage courants jouent un rôle nouveau dans les échanges. Pendant la guerre de 1940, en France occupée, les pneus rechapés, extrêmement rares, comme l’essence, étaient des moyens d’échanges irrésistibles.

Les systèmes de troc à dimension sociale existent toujours.

 

La diversité des formes de troc

 

Les formes de troc varient grandement selon la nature des biens échangés, le nombre de participants et le déroulement temporel de l’échange.

Les biens échangés d’un troc peuvent être matériels, par exemple des ressources minières, des terres, ou encore non matérielles, comme des services, des savoirs, des quotas de pollution, des idées ou même des symboles, comme l’est devenue la monnaie. Ces biens sont divisibles lorsqu’il est possible de les partager, ou indivisibles, comme l’est un billet de banque. Lorsqu’un étalon de mesure permet d’évaluer la quantité d’un bien divisible, ces biens sont dits mesurables.

Le troc est multilatéral, bilatéral lorsqu’il a lieu entre deux participants, ou non-bilatéral entre au moins trois participants.

Écrit par Kotplanet

Qu'en as-tu pensé ?

​5 décos que tu peux réaliser avec de la récup pour ton kot

Salade de tomates à l'orientale