in ,

Examens ratés, comment se remettre en question ?

@Pexels - Shvets production

Un examen raté peut avoir beaucoup plus de conséquences sur le mental que ce qu’on pense. Perte de confiance en soi, sommeil agité, manque d’appétit… Dans ces moments-là, pour pouvoir avancer et prendre soin de sa santé mentale, il faut savoir faire face aux événements. Mais, quand on a raté ses examens, comment se remettre en question ?

Et, pour réussir ta prochaine session à tous les coups, voici 5 astuces pour cartonner à tes examens !

1/ Accepter l’échec

Plus facile à dire qu’à faire, je le concède. Mais il s’agit bien de la première – et plus importante – étape pour se remettre en question. Que tu aies raté un seul examen, ou toute ta session, l’effet reste le même : cela fait un énorme coup au moral, et peut affecter sur le long terme (je sais de quoi je parle). Et c’est pour ça qu’il faut accepter l’échec ! Non seulement pour pouvoir plus rapidement passer à autre chose, mais aussi dans le but d’apprendre une leçon, difficile mais utile pour le futur. 

En effet, aussi ironique que cela puisse paraître, les moments les plus éreintants et difficiles sont souvent ceux qui nous en apprennent le plus sur la vie et nous permettent de nous améliorer et de changer. Apprendre à accepter et gérer ses échecs (nous parlons ici dans un contexte d’examens, mais cela peut s’appliquer à toutes les sphères privées et/ou professionnelles), c’est une manière de devenir plus fort et de se préserver mentalement. 

Parfois, on souffre aussi de dépression pendant ses études et on ne s’en rend même pas compte.

2/ Comprendre ce qu’il s’est passé

Enfin, après avoir accepté ton/tes échecs (bravo pour cet effort !), il est temps de faire une petite introspection. La question à se poser : que s’est-il passé ? Afin de pouvoir te remettre en question correctement, il faut que tu comprennes exactement la manière dont tu as pu arriver à cet/ces échec(s). Est-ce dû à un manque de temps consacré à tes études ? À une incompréhension vis-à-vis de la matière ? À des problèmes personnels (médicaux, familiaux, mentaux, etc.) ? À un relâchement ? À un mal-être dans tes études ? 

Si la réponse à la dernière question est oui, n’hésite pas à te demander si tu dois changer d’études et à te poser les bonnes questions. Si tu es cependant sûr.e que tes études te plaisent et que cet/ces échec(s) peut/peuvent être expliqué(s) par une autre raison, alors tu dois te pencher sur cette dernière. C’est le meilleur moyen de pouvoir comprendre tes potentielles faiblesses, et comment les contrer pour l’avenir.

3/ Se poser des questions 

La troisième étape est une extension de la précédente : il faut se poser des questions. Une fois que tu as identifié tous les problèmes qui ont pu provoquer tes échecs, tu dois maintenant te poser davantage de questions pour établir un véritable plan d’attaque (enfin, façon de parler). 

Après tout, c’est soit ça, soit rester prostré.e dans son lit à se demander ce qu’on aurait pu faire de différent ou pourquoi l’espèce humaine n’a toujours pas maîtrisé les voyages dans le temps.  Et, bien que cette question soit hautement intéressante, et que rester prostré.e soit une activité tout à fait honorable, crois-moi, se relever et se motiver à faire un plan de choses à changer, c’est particulièrement revigorant. Tu peux rédiger une liste de tes points forts et faibles (avec le plus d’objectivité possible : n’hésite donc pas à demander à tes proches leurs avis !) afin d’avoir une image claire de ce  dont tu es capable. 

Prenons un exemple : ton point fort, c’est les fiches récapitulatives (un art que nous ne maîtrisons pas tous), ton point faible, c’est la concentration (tu es comme le chien dans Là-Haut). Dans ce cas, vu que tu as compris tes faiblesses et forces, tu pourras t’adapter pour obtenir le meilleur résultat (prendre plusieurs petites pauses quand tu sens que ta concentration te quitte, et consacrer cette dernière à des fiches de qualité, etc.).

Pour ton prochain blocus, n’hésite pas à suivre ces conseils pour booster ton moral !

4/ Aller de l’avant

Enfin, dernière étape de cette longue remise en question après un ou plusieurs échecs : la positivité ! Rien ne sert de se flageller et de broyer du noir, surtout dans ce genre de situations. Rebondir après un échec est la meilleure façon de se renforcer et de redoubler d’efforts dans le futur. De plus, tu ne mérites certainement pas de passer des heures à te remuer inutilement le cerveau. Tu ne changeras pas le passé, c’est plutôt ce dernier qui te changera (quelle poésie). Alors, on se motive et on se lance ! Bien sûr, tu ne dois pas te forcer à aller mieux – je ne pense même pas que ce soit réellement possible – mais ne te laisse pas aller à la déprime et à la fatigue morale, parce que ça ne sert à rien. Tu vas juste perdre du temps que tu pourrais utiliser pour te remettre en question, pratiquer une activité que tu aimes ou passer du temps avec tes proches. La positivité reste la meilleure arme face à ce genre de situations. 

En bref, les échecs, bien qu’apportant leur lot de déception, restent des apprentissages importants dans la vie. Et ne perds pas espoir : un échec ne représente absolument pas ta valeur, dans quelque domaine que ce soit, et ne présage pas non plus de futurs potentiels échecs ! Tout peut toujours changer, si tu en as l’envie et la motivation ! 

Pour plus de contenus, va voir nos pages insta et tiktok ! 

Écrit par Lisa B.

Qu'en as-tu pensé ?

Hoe vind je een vakantiejob ?

Salade de tomates à l'orientale