La seconde main : l’eldorado de ce 21ème siècle

On la voit partout : au détour d’une rue ou carrément sur nos réseaux, elle est parfois même déjà chez nous. Il n’y a pas à dire, la seconde main est devenue l’un des phénomènes de ces cinq dernières années, tout comme la réduction de déchets. Aujourd’hui, près de 4 belges sur 10 déclarent consommer des biens d’occasion, et il faut s’attendre à voir ce chiffre grimper au cours des prochaines années. Et on ne vous parle même pas de la seconde main pour les étudiants !

En ligne ou en magasin, la seconde main fait l’unanimité. Peu coûteuse et écologique, elle séduit chaque année des milliers de belges qui sautent le pas. En passant une porte ou en un clic, consommer éthique et pas cher n’aura jamais été aussi simple. 

Adieu les magasins de prêt-à-porter le samedi ou les enseignes d’électronique prises d’assaut pendant les soldes. Désormais on se presse en ligne ou dans les magasins de seconde main qui fleurissent un peu partout. 

Il y a encore quelques années on disait du bout des lèvres qu’on était allé chiner dans des friperies. Réputées pour être de véritables repaires à bobos ou à étudiants étudiants fauchés, les enseignes voient désormais leur clientèle se diversifier. On se bouscule presque aujourd’hui pour dénicher LA bonne affaire qu’il nous fallait. 

Et des bonnes affaires, on en propose partout. En effet, en boutique ou sur internet, ce marché est désormais à portée de mains pour tous. 

Les articles de seconde main les plus vendus sont : 

  1. Livres et bande dessinées (31,1%)
  2. Vêtements (27,9%)
  3. Articles de décoration (18%)
  4. Meubles (17,4%),….

De quoi trouver tous les articles de notre quotidien en occasion ! Une véritable opportunité pour tous les étudiants qui ont du mal à boucler leurs fins de mois. La seconde main pour les étudiants en Belgique est désormais accessible à tous.

Néanmoins, cet engouement n’est malheureusement pas profitable à tous. Bon nombre d’associations se repose sur les dons des propriétaires pour venir en aide aux plus démunis, et cette nouvelle tendance d’achat (et de vente) leur supprime un circuit d’approvisionnement. 

D’ailleurs, les grandes marques semblent également s’intéresser de très près à ce marché en plein essor. Entre fast fashion dissimulé et mainmise économique, il est parfois difficile de faire la différence entre volonté écologique et recherche de profit. 

À qui profite réellement la seconde main ? Dans ce dossier, nous évaluerons les différents conséquences du marché de la seconde main sur les consommateurs, mais également sur les grandes marques. 

Enfin, nous nous intéresserons à la seconde main pour les étudiants en Belgique

Impatient de lire la suite ? Retrouve tout notre dossier ici

Vous pourriez aussi aimer